Archives

Vendredi 4 janvier 2013

Meilleurs voeux

Dix nouvelles années seront sans doutes encore nécessaire pour parachever l'œuvre entreprise et compléter nos collections 17ème et 18ème et offrir ainsi un espace unique à PARIS dédié aux Beaux Arts à la cuisine inventive et aux vins d'auteurs, dans les salons restaurés de l'HOTEL MAZIN LA FAYETTE.

 

Nous poursuivrons notre quête en 2013 a l'image de cette superbe huile sur toile datée de 1600 en cours d'attribution après 9 mois de restauration ( Bartholomeo MANFREDI ? ) 

 

Cette grande huile sur toile est dans les murs depuis l'origine de notre Hôtel édifié en 1728.

 

Nous vous souhaitons une année 2013 riche en passions culturelles, en émotions esthétiques et en plaisirs authentiques.

 

Jean François CHUET 

Président Fondateur du 1728 

 


Vendredi 21 décembre 2012

Fermeture

Nous informons nos clients que le 1728 fermera ses portes le 24 et le 25 décembre ainsi que le 31 décembre et le 1er janvier 2013.
Notre équipe vous souhaite de très bonnes fêtes!

Mardi 11 décembre 2012

Marquise

Cette nouvelle carte d'hiver signée Géraldine RUMEAU innove.

 

Le Homard est au rendez-vous, bisque en mousse de lait au gingembre ou fricassée aux artichauts camus.

 

Le Saumon fumé d'Ecosse en belles tranches ou son foie gras mariné maison sont bien-sur invités à ce rendez-vous festif.

 

La Sole dorée au coulis de citron, le Suprême de canard sauvage poêlé ou le tournedos de cochon Ibérique en cocotte complètent ces créations côté plats.

 

Pour le plateau de fromage, la Normandie, l'Espagne et la Champagne offrent les meilleurs créations de Philippe Alléosse au côté du traditionnel Saint-Marcellin de la mère Richard !

 

Quelques nouveaux desserts de cuisinier et bien sûr la poursuite de notre partenariat avec Arnaud LARHER (MOF) et ses créations pâtissières d'hiver très appréciées par nos clients.

 

 

Géraldine rumeau has innovated for her new winter season menu.

Lobster is invited to the party, in the form of a bisque with ginger milk mousse or a fricassee with Camus artichokes.

Smoked salmon from Scotland in generous slices or our house marinated foie gras are, of course, taking part in the festivities.

Golden sole with lemon coulis, skillet-browned suprême of wild duck or cass

erole-roasted tournedos of iberic pork complete the new main course dishes. 

As for the cheese platter, normandy, spain and the champagne region propose Philippe alléosse's finest creations, along with mère richard's traditional Saint-Marcellin!
a few new house desserts accompany the continuation of our partnership with award-winning Arnaud larher (mof - 'best in france') and his winter pastry collection, acclaimed by our guests.

 

 


 

Mardi 27 novembre 2012

New Wine List Fall - Winter 2012 - 2013

Our creative wine list has been mentioned in the 2012 edition of several gastronomic guides. Revising the wine list twice a year is no simple matter for a venue sought after for both classic business meals and romantic rendezvous, for its décor or for its “Vieux Paris” ambience, by our American, Japanese, Chinese and Brazilian guests as well as our clientele of aesthetes and wine connoisseurs.

To rise to the occasion, we have selected 216 wines for this Fall - Winter season.

First of all, “Bubbles” - 30 choices in all - including the great classics but also rare gems such as Jacques Selosse's vintages or a 100% pure Chardonnay by Pierre Gimonnet.

 

The list includes 68 white wines, much sought-after by our Anglo-Saxon and aesthete clienteles. Among them are Nicolas Joly's Coulée de Serrant, the late Didier Dagueneau's Blanc Fumé de Pouilly, Philippe Pacalet's Puligny-Montrachet and Corton-Charlemagne, or Gerard Gauby's Coume Gineste, a Côtes Catalanes, undoubtedly one of the greatest white wines in the world.

 

While waiting for the summer sun, only three rosés are on the list this season, including a beautiful Corsican wine from Figari, the Clos Canarelli.

 

Red wines prevail in number with 115 choices, among which the “valeurs sûres” by Catherine and Pierre Breton, Philippe Cossard, Philippe Pacalet, Jérôme Bressy, Michel Stephan, Thierry Allemand, Yves Cuilleron, Eloï Durbach, Jean-Baptiste Senat, Hervé Bizeul, Gerard Gauby and many more...

The 13 wines at less than 40€ demonstrate that we wish and care to welcome guests from all walks of life for exceptional moments of pleasure at a variety of prices, such as this surprising Muscadet Amphibolite Nature by Jo Landron at 29€ or a delightful Cheverny by Hervé Villemade at 26€!

The Bordeaux region is well represented with its constant search for the highest quality, beyond the renowned labels. The Barthelemy cuvée of Château Le Puy 2005 is in great demand by our Asian guests, as are the superb Château Faugères and Peby Faugères which reflect, year after year, the quest for excellence of Silvio Denz, the owner of Lalique.

 

Our wine sales represent each year over 15,000 bottles and we have a permanent stock of 10,000 in our cellar in addition to the young vintages acquired since 2009.

Not to forget our Philippe Pacalet collector cases number 1 and number 2, a 1728 exclusivity, sold under the 1728 registered trademark, perfect and rare gifts for the holidays.

 

And, finally, the Bar 1728

This area will be expanded in 2013 to respond to the great demand for a space dedicated to wines, champagnes and spirits, outside the restaurant.


Gerard Darel au 1728

Elisa Sednaoui le nouveau mannequin vedette deGerard Darel aime les murs chargés 

d'histoire et pose pour la nouvelle campagne Automne/Hiver 2012/2013 au 1728.

 

A voir le making of de la campagne Gerard Darel avec Elisa Sednaoui. 

http://www.vogue.fr/vogue-tv/reportages/videos/le-making-of-de-la-campagne-gerard-darel-avec-elisa-sednaoui/2461

 

 

Le 1728 accueille régulièrement des événements liés à la mode et récemment :

 

Notre lieu de prête merveilleusement bien au lancement de collection, shooting presse, réception de journalistes, dîner ou cocktail de prestige.

 

Pour ces évènements, votre contact est 

Paloma Bovenga  

+33 (0)1.40.17.08.43

1728@1728-paris.com

Gault & Millau 2013

 

Dans sa nouvelle livraison 2013 GAULT & MILLAU décerne deux toques à notre cuisine et un coup de cœur à notre lieu historique dédié aux Beaux Arts.

Votre contact :

Paloma Bovenga  

+33 (0)1.40.17.08.43

1728@1728-paris.com

 

 

 

 


Mardi 6 novembre 2012

La Fayette en direct live dans les Salons du 1728 !

Mardi 6 Novembre à 20h 30 sur FRANCE 2 en PRIME TIME, Stéphane BERN présente l'émission SECRETS D'HISTOIRE préparée par Antoine de MEAUX.

L'HÔTEL où vécut LA FAYETTE les sept dernières années de sa vie a ouvert ses portes pour cette émission évènement de la soirée électorale américaine.

 

Plusieurs interviews ont été tournées dans nos murs dont celle de Jean Francois CHUET fondateur du 1728. De larges plans présentent les salons de réception de l' HOTEL et les

façades dont celles de l'appartement de LA FAYETTE .

 

Le 1728 et le FONDS DE DOTATION HOTEL MAZIN LA FAYETTE 1728

(www.hotelmazinlafayette.com) contribuent activement à la mémoire des lieux restaurés et à celle de son plus illustre occupant. LA FAYETTE recevait tout le monde rue d'ANJOU et cette tradition s'est perpétuée dans les salons du 1728.



 

Mercredi 3 octobre 2012

Vivienne Westwood au 1728

Lancement ce samedi 29 septembre de la nouvelle collection de joaillerie de la grande créatrice Londonienne collection baptisée 

GAINSBOROUGH PALLADIUM FINE JEWELLERY COLLECTION 

Cocktail et dîner privé dans la tradition du 1728 avec les Happyfew de la mode et de la presse. 

 

Lundi 24 septembre 2012

Nouveau

Le PARIS DES GOURMETS 

 

Belles et bonnes adresses de PIERRE RIVAL aux éditions FLAMMARION. Ce beau livre de plus de 300 pages sort en librairie ce mois de septembre 2012 .

 

Le 1728 fait partie du carnet du Gourmet.

Une édition en langue anglaise est d'ores et déjà disponible sous le titre PARIS BON APPETIT .

 

Beautiful addresses for great food by Pierre Rival, published by Flammarion. This fine book of over 300 pages is available in bookstores as from September 2012.

Le 1728 appears in the Gourmet section. 

The English version, PARIS BON APPETIT, is also available.

 

 

Nouveau

MYBESTADDRESSBOOK 

 

 

Le 1728 fait partie du guide des meilleures adresses chic et branchées à PARIS.

 

Ce nouveau guide paru en septembre 2012 écrit par CHLOÉ BOLLORÉ et LAURE BAUBIGEAT est disponible en librairie éditions du CHÊNE.

 

Le 1728 is included in the guide of Paris's most distinctive chic and trendy addresses.

This new guide by Chloé Bolloré and Laure Baubigeat, published in September 2012 by Editions du Chêne, is available in bookstores. 


 

Mardi 18 septembre 2012

Nouvelle carte

 Automne 2012 

Belle carte d'automne signée Géraldine RUMEAU avec de nombreuses créations comme ces NEMS DE CAILLE avec leurs cuisses confites, la brochette d'encornet façon Thaï, le filet de RASCASSE olives riviera en vinaigrette aux saveurs d'Asie ou le COCHON IBERIQUE aux figues, rôti en cocotte.

Le TARTARE DE THON 1728, LE FOIE GRAS DE CANARD mariné et mi cuit maison ou le PIGEON de VENDEE laqué sont bien sûr au rendez-vous aux cotés du FILET DE BOEUF A LA GRAVLAX ou la BELLE COTE DE BOEUF SimMental marinée pour deux.

Les fromages sont toujours signés Philippe  ALLEOSSE et Renée & Renée RICHARD, depuis 10 années déjà.

 

Découvrez la carte sur notre nouveau site en 5 langues.

 

Le panier moyen a été revu en légère baisse malgré les augmentations de tarifs, affirmant ainsi notre volonté de rester sur le segment du luxe raisonnable dans un cadre unique à Paris.

La nouvelle carte des vins arrive très prochainement avec de belles découvertes de notre Fondateur Jean Francois Chuet

 

 

 

Géraldine RUMEAU has elaborated a stunning autumn menu with many creations such as QUAIL NEMS with its conserve of thighs, BROCHETTES of SQUID Thai style, fillets of SCORPION FISH and Riviera olive vinaigrette with Asian accents or casserole roasted IBERIAN PORK with figs.

Of course, the 1728 TARTARE of TUNA, the home-made, marinated semi-cooked FOIE GRAS of DUCK or the LACQUERED PIGEON from VENDEE are still available along with the FILLET of BEEF SCANDINAVIAN STYLE or the beautiful marinated Simmental RIB of BEEF for two.

As they have for 10 years already, Philippe ALLEOSSE and Renée RICHARD ensure the selection of our cheeses.

Discover our menu on the new website, in five languages.

Average meal prices have been slightly lowered despite the increase in our costs, thereby affirming our desire to provide affordable luxury in a unique Paris venue.

The new wine list will be available very soon, with some great finds made by our founder, 

Jean-François Chuet.

 

* Extrait de l'exceptionnelle huile sur toile début 17ème attribuée a un suiveur de Bartolomeo MANREDI, en cours de restauration, présente dans les murs de l'HOTEL MAZIN LA FAYETTE depuis 1728 

 

 

Vendredi 7 septembre 2012

255 bougies !

 

6 septembre 1757, 20 mai 1834.

BON ANNIVERSAIRE, MONSIEUR de LA FAYETTE !

Le 1728, le Fonds de Dotation HÔTEL MAZIN-LA FAYETTE au 8, de la rue d'Anjou, soufflent les 255 Bougies de la naissance de Marie Paul Joseph Gilbert MOTIER, Marquis de LA FAYETTE, général des armées des insurgents, citoyen d'honneur des Etats-Unis d'Amérique, général en chef de la Garde Nationale Française, premier grenadier de la Garde Nationale de Varsovie, Héros des Deux Mondes, pour citer quelques uns des titres et distinctions conférés de son vivant.

Son nom restera indissociable des révolutions qui contribuèrent à notre Géographie Politique contemporaine en France, aux Etats-Unis d'Amérique, en Amérique du Sud avec Simon Bolivar et en Pologne avec Tadeusz KOSCIUSKO.

Les sept dernières années de sa vie passée au 8, rue d'Anjou furent riches en événements et honneurs (cf. interview ci-après de J.-F. CHUET, Président du Fonds de Dotation HÔTEL MAZIN-LA FAYETTE et Fondateur du 1728.


Interview de Jean-François CHUET, Président du Fonds de Dotation HÔTEL MAZIN LA FAYETTE - 2 Juillet 2012 en préparation de l'émission SECRETS D'HISTOIRE, consacrée à LA FAYETTE et qui sera diffusée sur France 2 courant Novembre.

INTRODUCTION

Nous sommes au printemps 1827.

LA FAYETTE est dans sa 69ème année.

Fraîchement réélu Député de la Sarthe, il réside sur ses terres et dans son château de LA GRANGE, en Seine-et-Marne, dont il a hérité 20 ans plus tôt, suite au décès de son épouse aimée Adrienne de NOAILLES.

Il choisit d'installer sa maison de Ville au cœur du Faubourg St Honoré, au 6 / 8 de la Rue d'Anjou, au 1er étage de ce grand Hôtel transformé en Maison de rapport par la famille de banquiers Marquet de Montbreton qui réside encore sur place.

POURQUOI L'HÔTEL D'ANJOU ?

•Il est proche de la CHAMBRE des DÉPUTÉS, or il a conservé de ses racines terriennes et Auvergnates le plaisir de marcher.

•Il est au cœur du Faubourg St Honoré dans un quartier d'Ambassades, de pouvoir et d'argent.

Il peut respirer son temps, mieux qu'à LA GRANGE et décrypter les signaux qui vont conduire à une nouvelle Révolution, celle de 1830 avec la chute de CHARLES X, frère de LOUIS XVI, revanchard absolutiste, ultra-royaliste qui s'entête à museler la Presse, dissoudre les Parlements qui votent mal, et restreindre les libertés individuelles.

1•L'Hôtel d'ANJOU est encore dans ses moyens (il est locataire) et offre de belles pièces de réception commandée, nous dirions aujourd'hui en enfilade.

•Enfin ce lieu respire la Fraternité qui lui est chère car le Bâtisseur de cet Hôtel n'est autre qu'Antoine MAZIN, architecte militaire de Louis XV, très actif dans le Faubourg St Honoré et l'un des Fondateurs des premières loges parisiennes en 1726.

QUI EST LE LA FAYETTE DE LA RUE D'ANJOU EN 1827 ?

•Un Extraterrestre, pour beaucoup de ses contemporains !

Né sous LOUIS XV, il a participé comme acteur de premier plan à deux révolutions, l'Américaine et la Française; mais aussi comme bailleur de fonds de la Révolution Po- lonaise avortée contre le TZAR de toutes les Russies et les Prussiens avec son frère d'armes Tadeusz KÔSCIUSKO.

Plus tardivement, il soutiendra les deux révolutions de Simon BOLIVAR, autre Franc- maçon devant le Grand Architecte de l'Univers qui chassera les Espagnols de l'actuelle Colombie, Venezuela, Équateur et Pérou !

•C'est un homme encore sous l'émotion du vibrant hommage rendu par l'Amérique 2 ans plus tôt lors de son voyage triomphal.

80.000 américains l'attendent à New York en 1824 alors que la ville ne compte que 120.000 habitants !

Il sera reçu par trois des Pères Fondateurs encore vivants : JEFFERSON, MADISSON et MONROE.

Le Président en exercice Quincy ADAMS lui présente les vœux de la Nation.

Partout il est reçu, fêté, un comté porte son nom, mais aussi une montagne, pas moins de 40 agglomérations et de multiples loges...

• C'est un homme étroitement surveillé par la police Politique et la gendarmerie de CHARLES X.

On empêchera la foule venue le fêter à son retour de son voyage triomphal au Havre de l'approcher.

On surveille ses allées et venues et les R.G. de l'époque campent devant l'Hôtel D'AN- JOU !

•C'est un Prosélyte actif de la Fraternité. Il a été élevé en 1825 dans le plus Haut grade du RITE ÉCOSSAIS ANCIEN et ACCEPTÉ, le 33ème degré !


C'est la Franc-maçonnerie qui est à l'origine de son engagement philosophique puis per- sonnel pour la cause des insurgents.

La loge LA CANDEUR sera son lieu de rencontre avec SILEAS DEAN, commissaire Américain de la cause des insurgents à Paris.

La loge des NEUF SŒURS scellera son amitié avec un vieux jeune homme de 80 ans, Benjamin FRANKLIN, qui l'introduira par une lettre célèbre dans la fameuse loge mili- taire UNION AMÉRICAINE où il rencontre George WASHINGTON à PHILADEL- PHIE.

C'est aussi Benjamin FRANKLIN qui l'introduira auprès de Thomas JEFFERSON à l'AMERICAN PHILOSOPHICAL SOCIETY, cercle pensant de la Déclaration d'Indé- pendance puis de la Constitution des États du NORD.

Plus tard, JEFFERSON tiendra la plume de LA FAYETTE pour l'écriture de la 1ère Dé- claration des Droits de l'Homme.

C'est aussi cet engagement fraternel qui sauvera l'HÔTEL d'ANJOU, le baron HAUSSMAN se refusant de détruire l'Hôtel où il rencontra à 18 ans son modèle en fra- ternité.

•C'est un homme qui n'est plus riche bien que conservant une certaine aisance, il avait hérité à 13 ans de son grand-père maternel le Marquis de LA RIVIERE et disposait alors d'un revenu annuel que nous pourrions compter en unité de millions d'Euros d'au- jourd'hui !

Comme l'écrit si bien sa grande amie, Madame de STAËL : "il a sacrifié toute sa for- tune à ses opinions avec la plus généreuse indifférence".

L'avitaillement, l'armement de troupes en Amérique du Nord, en Pologne, puis en Amé- rique du Sud coûtent très cher !

Mais il y aura aussi les projets utopiques comme le commerce équitable de caoutchouc en Guyane en faveur des tribus locales et bien d'autres folies qui ne sont que passion naturaliste dans sa vision du monde "Rousseauiste" dont il annotait chaque livre à leur parution.

COMMENT VIVAIT LA FAYETTE RUE D'ANJOU ?

•Il vit donc simplement pour les critères de l'époque et en regard de sa notoriété im- mense, avec seulement trois serviteurs qui ne portent pas de livrée, son valet de cham- bre BASTIEN, son cocher, son cuisinier, ainsi que son jeune secrétaire BERGER.

•Rue d'ANJOU, LA FAYETTE vit beaucoup dans sa chambre au mobilier de style em- pire qu'il n'affectionne que moyennement (c'est encore lui qui a fait voter la destitution de Napoléon).


Au mur, le portrait de son ami Tadeusz KÔSCIUSKO, une copie de la Déclaration d'Indépendance des 13 états, la Constitution du Nord, la Déclaration Française des Droits de l'Homme et le Serment du Jeu de Paume de David.

Sur une table, face à son bureau, le buste de son père spirituel George WASHINGTON par HOUDON.

•Il soupe tous les soirs dans sa chambre-bureau, debout, car il a conservé ses habitudes militaires. Invariablement, c'est du poulet rôti et des dattes qu'il affectionne.

Son petit carlin blanc lui tient compagnie ainsi que des amis de passage qui le regardent souper en devisant de la politique et des rumeurs du Château (des Tuileries).

•Chaque mardi, le TOUT-MONDE de l'époque visite LA FAYETTE. Les Portes des Pièces commandées s'ouvrent (comme celles du 1728).

Des hommes politiques, de nombreux amis, des auteurs et artistes en vogue, des édi- teurs... se pressent dans les salons où l'on voit beaucoup de belles femmes... le point faible de LA FAYETTE, mais l'âge des regards et des attentions a succédé aux fou- gueuses conquêtes.

STENDHAL, grand ami de LA FAYETTE rencontrera dans ses salons la belle Giulia RINIERI, nièce de l'ambassadeur de Toscane qui réside Rue d'ANJOU et qui sera sa maîtresse aimée pendant 10 ans !

•1829 sera l'année de son buste officiel modelé Rue d'ANJOU.

Il a toujours eu peu de patience pour cette corvée, ce qui explique le faible nombre de portraits et bustes en circulation pour la dimension de l'homme en regard des usages du moment.

Il accepte car le sculpteur n'est autre que son ami DAVID D'ANGERS.

;, serif; line-height: 1.5; font-size: 16px; margin-bottom: 24px;">De plus, le buste est un cadeau des Jeunesses Républicaines Françaises au Président des États-Unis.

Le premier marbre ira donc au Capitole.

Le second fut vendu voici peu de temps par CHRISTIE'S à Paris pour 1, 3 M€ (La cote des objets personnels de LA FAYETTE est très élevée). Il est aujourd'hui dans une col- lection privée.

Le bronze N° 1 est dans les murs du 1728 et le N° 2 bientôt sur un piédestal dans la cour d'honneur du 8 ANJOU.

•Ses Amis américains ont portes ouvertes rue d'ANJOU et Fennimore COOPER, ambas- sadeur-écrivain est très souvent là pour parler politique.


QUE S'EST-IL PASSÉ FIN JUILLET 1830 AU 8 RUE D'ANJOU ?

•Il siège à la chambre et se fait remarquer par ses discours enflammés contre l'invasion de l'ALGÉRIE par les troupes de CHARLES X. Cette aventure coloniale le révulse car elle vise uniquement à brouiller les cartes de la situation intérieure très tendue.

La dissolution de la Chambre hostile à POLIGNAC, la censure de la Presse, l'interdic- tion de se rassembler décrétée par CHARLES X conduisent aux 3 glorieuses des 27-28- 29 Juillet 1830.

LA FAYETTE est nommé général en chef de la Garde Nationale et organise la réplique aux Tuileries contre les troupes étrangères mercenaires, derniers bastions défenseurs du roi honni.

On tire au canon contre le peuple de Paris mais la Garde Nationale l'emporte sur le ter- rain.

CHARLES X est défait et doit abdiquer. On presse LA FAYETTE de prendre la Pre- mière Présidence de la Première République Française, il tergiverse et poussé par ses amis américains redevenus anglophiles et monarchistes constitutionnels, il fait Roi LOUIS-PHILIPPE sur le balcon de l'Hôtel de Ville.

Erreur fatale, LOUIS-PHILIPPE, qui a bien compris le danger, fera tout pour rogner les pouvoirs de cet homme craint car non contrôlable.

La constitution de l'Hôtel de Ville dont LA FAYETTE a écrit les bases rue d'Anjou ne sera jamais appliquée.

C'était, il est vrai, la Constitution la plus utopique jamais rêvée ! Il lui restera ses discours brillants, enflammés et redoutés.

1830, c'est aussi la mort de son très grand ami Benjamin CONSTANT qu'il connut très tôt avec Madame de STAËL, dont il était très proche et déjà décédée.

1830, c'est aussi la mort de Simon BOLIVAR à CARACAS... La mort de tous ces êtres chers a beaucoup d'impact sur le moral de LA FAYETTE.

ÉPILOGUE...

Plus rien ne sera comme avant, son temps s'achève. Il décède à 4 heures du matin, le 20 Mai 1834, à 77 ans, entourés de ses derniers vrais amis et de sa famille.

Le dernier hommage à LA FAYETTE de la Rue d'Anjou au cimetière de PICPUS fut des obsèques officielles.

Les deux chambres, des corps de troupe, la Garde Nationale, le peuple de Paris le long du trajet... tout fut mis en œuvre pour cette dernière sortie du général qui s'achève aux portes du cimetière privé de PICPUS, car on l'enterre loin des regards (son souhait mais aussi une crainte...).


Derniers clins d'œil à l'Histoire, il repose en terre américaine ramenée en caisse par le BRANDYWINE lors de son retour de son voyage triomphal en 1824 / 1825.

Chaque année, les hommages militaires américains lui sont rendus par l'Ambassadeur des Etats-Unis en poste à Paris.

Il est le grand absent de toutes les cérémonies d'honneur françaises, bien qu'on lui doive la cocarde Bleu Blanc Rouge et la première déclaration des Droits de l'Homme !

Personnage atypique, controversé de son vivant mais toujours aujourd'hui où le clivage est toujours présent entre pro et anti LA FAYETTE, comme nous le constatons encore au quo- tidien dans l'Hôtel où il vécut Rue d'Anjou !

Ce grand théoricien du monde associatif est le père spirituel de la loi de 1901.

Son rêve aurait été de voir gouverner la France comme une loge avec son cérémonial (c'est lui qui a pensé la Fête de la Fédération), ses travaux et son architecture, chacun trouvant sa place naturelle à la hauteur de ses mérites.

Ce qui le sépare de Rousseau, c'est sa soif d'agir, sa conviction que l'utopie existe bien et que le "Contrat Social" va très au-delà de l'accord provisoire entre personnes mal intention- nées comme le pensait très intimement Rousseau.

LA FAYETTE, c'est l'ÉMILE qui toute sa vie cherchera à agir mais en faisant toujours le choix d'être l'homme qui préfère in fine être la "lumière" dans l'ombre plutôt que "l'ombre" dans la lumière pour reprendre cette belle phrase de Pascal Payen APPENZELLER, co- auteur et chef de file des DICO de PARIS dont le premier tome paraîtra en Septembre sur les Champs-Elysées.

Au petit matin de sa mort, Rue d'Anjou, beaucoup de ses amis concluaient déjà que l'on savait tout de lui sur ce qu'il a fait car l'homme a toujours été transparent, mais que l'on ne saura jamais ce qu'il pensait intimement

Toute sa vie est dans la lignée de ce monde qui voyage de 1760 à 1830, de Rousseau à Stendhal en passant par Fennimore Copper et bien d'autres.

Ce qu'il n'a pas écrit, c'est ce qu'il a réellement vécu ! Il n'y a pas chez LA FAYETTE d'autofiction.

© Fonds de Dotation HÔTEL MAZIN-LA FAYETTE - 1728


 

Samedi 18 août 2012

Ouverture le 21 août pour le dîner

 

Ouverture le 21 août pour le dîner 

Salons historiques climatisés

La nouvelle carte préparée par Géraldine RUMEAU est d'ores et déjà en chantier pour la Rentrée, le mardi 21 août pour le service du dîner.

Géraldine Rumeau is already preparing the new menu for the upcoming season beginning on Tuesday, August 21st for dinner.

Au cours des 12 mois écoulés le 1728 a reçu un peu plus de 32000 hôtes français et internationaux en provenance de plus de 40 pays d'Europe et d'Amérique mais aussi d'Asie, du Moyen Orient et du Pacifique.....

Nous vous remercions de votre confiance et de votre prescription de notre lieu. 

 

Over the last 12 months, le 1728 has welcomed more than 32,000 French and international patrons from over 40 countries in Europe and North and South America, but also from Asia, the Middle East and the Pacific.

Thank you for your confidence and support of le 1728.

 

 

 

Lundi 23 juillet 2012

Congés d'été - Summer Vacation

Le 1728 ferme, pour les congés d'été le vendredi soir 27 juillet, après le service du dîner.

 

Au cours des 12 mois écoulés le 1728 a reçu un peu plus de 32000 hôtes français et internationaux en provenance de plus de 40 pays d'Europe et d'Amérique mais aussi d'Asie, du Moyen Orient et du Pacifique.....

 

La nouvelle carte d'automne préparée par Géraldine RUMEAU est d'ores et déjà en chantier 

pour la Rentrée, le mardi 21 août pour le service du dîner. Les jours et horaires d'ouvertures restent inchangés. (voir ci-dessous)

 

Nous vous remercions de votre confiance et de votre prescription de notre lieu. 

 

Le fondateur             

Jean François Chuet


Le 1728 will be closed for summer vacation as from Friday evening, July 27, after the dinner service.

Over the last 12 months, le 1728 has welcomed more than 32,000 French and international patrons from over 40 countries in Europe and North and South America, but also from Asia, the Middle East and the Pacific.

 

Géraldine Rumeau is already preparing the new menu for the upcoming season beginning on Tuesday, August 21st for dinner. The opening days and hours remain the same (see below).

Thank you for your confidence and support of le 1728.

 

The Founder

Jean-François Chuet

Mercredi 27 juin 2012

Evasion !

 

Evasion !

Nouvelle carte d'été pour le déjeuner et le dîner, imaginée par notre chef Géraldine RUMEAU. 

 

Nouvelles créations autour du melon, de la crevette, du Saint Pierre... et bien sur nos Classiques toujours très recherchés : foie gras mi cuit mariné, filet de boeuf façon gravlax, pigeon laqué...

 

Carte des vins de plus de 250 références remarquée par de nombreux guides gastronomiques.

 

* Extrait de l'exceptionnelle  huile sur toile datée de 1600, contemporaine d'Annibal CARRACCI exposée dans le salon de musique du 1728.

 

Escapades !

New lunch and dinner menu for the summer season, imagined by our Chef, Géraldine Rumeau.

 

New creations with melon, shrimp, John Dory... as well as, of course, our renowned classics: semi-preserved foie gras maison, Scandinavian-style marinated beef fillet, lacquered pigeon...

 

Wine list with over 250 references, commended by many restaurant guides.

 

* A detail from the exceptional oil painting on canvas, dated 1600, contemporary with Annibal Carracci, exhibited in the 1728 Salon de Musique.

 

 


 


 

 


 

Vendredi 8 juin 2012

Bien vu !

 

Il manquait un guide synthétique des bonnes adresses des principales Villes d'Europe MICHELIN vient de combler cette lacune.

 

L'essentiel des 44 grandes Villes européennes dans 20 pays en 1160 pages format bible !

MAIN CITIES OF EUROPE 2012,  en anglais. 

 

Voir page 239 PARIS la critique du 1728 sous le libellé INNOVATIVE ROMANTIC. 

Une mention particulière à notre carte des vins à  laquelle nous consacrons beaucoup 

de recherches et d'investissements.


 

Nouveau !

La sortie du guide ZAGAT PARIS est toujours un événement très attendu car ce guide reflète l'opinion des visiteurs d'outre Atlantique et internationaux.

 

Bonne critique du 1728 dans la livraison 2012/2013 avec des notes cuisine, décor, service de très bon à excellent.

Une invitation surtout à persévérer ! 

Un guide essentiel en français ou en anglais.

Samedi 26 mai 2012

Ouverture/fermeture du salon de thé

8d31776aa45279a88bea0ac1565f094d_ilage.jpg

 

Le salon de thé est fermé à compter du samedi 26 mai 2012 et ouvrira ses portes le samedi 6 octobre 2012.

Tous les Thés peuvent être dégustés à l'occasion du déjeuner ou du dîner.

The tearoom is closed for the moment. It will open its doors on Saturday, October 6th, 2012.

All the Teas can be savoured on the occasion of the lunch or of the dinner.

 

 

Vendredi 6 avril 2012

Fleurs

fleurs-image.jpg

Fleurs

Nouvelle carte de printemps pour le déjeuner et le dîner.

De belles créations autour du homard, du bar, de la gambas bio ou du cabillaud et bien sur, nos classiques toujours très recherchés : un foie gras mi-cuit maison unique, notre filet de boeuf à la Gravlax ou la côte de boeuf pour deux souvent réservée à l’avance.

Nouvelle carte des vins avec près de 250 références, sans doute l’une des plus belles cartes des vins de la capitale

* Oiseau-fleur ou choffa d’un temple Birman 18ème

Collection du 1728

 

 Flowers

 

New lunch and dinner menu for the spring season.

Beautiful creations with lobster, sea bass, organic gambas and fresh cod as well as, of course, our renowned classics: the unique semi-preserved foie gras maison, Scandinavian-style marinated beef fillet or rib of beef for two (often reserved ahead of time).

 

New wine list with almost 250 references, undoubtedly one of the best cartes des vins in Paris.

Mercredi 28 mars 2012

Guide Michelin Paris et France 2012

michelin.jpgTrois Fourchettes rouges.

Bonne critique pour le lieu et la carte mais aussi les vins avec une grappe rouge  : " carte des vins particulièrement attractive"

Référence France 2012 et Paris 2012 page 213.

michelin2.jpg

Guide Paris Gault et Millau 2012

gault-petit.jpgDeux Toques et une bonne critique pour le nouveau Guide Paris GAULT & MILLAU 2012.

Un beau Mixe de découvertes et classiques salués pour la carte des vins.

Page 123 - 8ème

Une innovation cette année avec un guide en ligne mis à jour en temps réel.

Guide PUDDLO PARIS 2012

pudlo.jpgLe PUDLO 2012 est paru!

Page 214. Bonne critique et deux couverts rouges pour le 1728.

Un clin d'oeil pour notre Menu affaire du déjeuner et son très bon rapport Qualité/Création.Prix.

PARIS COSY 2012

pariscosy.jpgPARIS COSY 2012 : Le 1728 Versailles à Paris.

Plus qu'un guide, un livre sur les lieux de charme écrit par Sabrina Dufourmont et paru aux éditions Christine Bonneton

Petit Futé 2012

petit-fute-petit.jpgPetit Futé 2012

Paris Resto

 

Une guide que nous aimons bien astucieux, éclectique, open mind!

Une bonne critique pour cette saison 2012.

Page 98.

Vendredi 3 février 2012

Le site de nos 10 ans !

Le site de nos 10 ans !

site-image2.jpgEn février 2002, la création d’un nouveau lieu, singulier, multiculturel, relevait du défi !

10 années plus tard, les fruits de nos passions communes sont au rendez-vous : 400.000 hôtes reçus dans nos salons, une notoriété et une image fortement établie à l’international et une différence solidement ancrée dans les Beaux Arts, la gastronomie créative et les vins d’auteurs.

 

Notre nouveau site www.1728-paris.com est désormais en ligne en Français, puis en Anglais, Espagnol, Chinois, Japonais, Russe au fil des semaines à venir.

La marque 1728 se décline aujourd’hui dans de nombreux univers que vous pouvez découvrir au fil de ce site, lui aussi différent.

Nous tenions à remercier tous nos hôtes, nos amis, nos prescripteurs, qui ont rendu possible cette belle histoire dont les pages continuent à s’écrire, car le champ des possibles reste encore immense.

J.-F. CHUETYang Lining

FondateurDirectrice générale

 

A new site for our 10th anniversary!

In February 2002, the creation of a new place, unique, multicultural, was challenging!

10 years later, the fruits of our common passions are waiting for you. We received 400.000 guest, have a strong reputation and image abroad and we established a difference firmly rooted in Fine Arts, creative cuisine wine creators.

Our new site: www.1728-paris.com 

We will soon be online in French, English, Spanish, Chinese, Japanese and Russian.

 

The 1728 brand is available today in many places. You can discover them in this totally original site.

We wanted to thank all our guests, our friends, our prescribers, who made possible this beautiful story whose pages are still to be written, because the range of our possibilities is huge.

J.-F. CHUETYang Lining

Founder  General Manager

 

Vendredi 27 janvier 2012

Nouvelle carte

 

Palettepalette-image.jpg

A l’image de Philipe de LaSalle, pastelliste réputé du 18ème dont l’autoportrait est accroché sur les cimaises du 1728, Géraldine Rumeau notre chef élabore sa nouvelle carte d’intersaison par touches successives préparant le printemps !

Les grands classiques du 1728 sont bien sûr au rendez-vous : foie gras maison mi-cuit, tartare de thon, filet de boeuf façon gravlax, pigeon de Vendée laqué, belle côte de boeuf pour deux...

Les nouveaux plats créés cet hiver seront présentés dès le 27 janvier 2012 : spanner de crabe aller et retour, millefeuille de noix de joue de boeuf, filets de rougets et leurs ravioles, tournedos de cochon ibérique en cocotte...

Mercredi 18 janvier 2012

La Saint Valentin au 1728

valentin.jpg

La Saint Valentin

en toute liberté au 1728

 

Pas de menu, pas d’horaires, que des figures libres, en choisissant dans notre carte du moment au grè de vos envies.

Deux clins d’oeil pour cette soirée, toujours très recherchée : Champagne à la coupe servi en magnum Billecart Salmon extra brut & Pâtisseries en duo Saint Valentin d’Arnaud Larher.

Lundi 2 janvier 2012

Meilleurs voeux 2012

voeux172p.jpg

Lundi 19 décembre 2011

Wang Yan Cheng peintures recentes

Grand ami du 1728 , WANG YAN CHENG expose du 8 décembre au 14 janvier a la GALERIE LOUIS CARRE &Cie au 10 de l’avenue de Messine.

Grand peintre lyrique WANG YAN CHEN, à l’image de DELACROIX son Maître de référence, inscrit son geste vif et nerveux dans l’instantané.

Peintre de synthèse de l’orient et de l’occident WANG YAN CHEN nous ouvre le champ de ses possibles.

Hélas la plupart des oeuvres sont déjà vendues et il nous reste nos yeux pour admirer à défaut de pleurer !

wang-yan-cheng1.jpg  wang-yan-cheng2.jpg  wang-yan-cheng3.jpg

 

 

 

Samedi 3 décembre 2011

LA BELLE ENDORMIE DU 1728

Quatre mois de restaurations plus tard, notre belle endormie trône désormais sur les cimaises du Salon de Musique du 1728.

Cette sublime grande toile du tout début du 17ème est en cours d’attribution.

Un grand merci a notre restauratrice Isabelle CLEMENT qui a su redonner vie a cette grande huile sur toile qui figure au patrimoine de notre FONDS DE DOTATION  HOTEL MAZIN  LA FAYETTE 1728 .

Mercredi 26 octobre 2011

Wine list

vins-1.jpg*

 

Wine list

Winter and Spring 2011/2012

 

 

 

Six months of work, tasting and discoveries to introduce this new wine list, winter and spring 2011/2012.

In a crisis situation, the number of wine and champagne references (246) may surprise.

We wanted to fulfill as many expectations as possible, creators’ wines, classical and prestigious labels.

The place we have at our disposal allows us to preserve 15 000 bottles in our wine cellar.

For us, wine is a passion prior to be a business. The desire to share moments of emotion leads our pursuit.

Bubbles are appreciated at the 1728 with its 31 references, prestigious houses as well as extraordinary and independent creators.

 

Our guests love white wines, which without a doubt reflects the international image of our place and explains 90 white references.

This year, we put an emphasis on the Loire, the Bourgogne and Bordeaux, which concentrate most of our requests.

With 61 references, Bordeaux is the most visited vineyard of our wine list. Every connoisseur will find all kind of delicacies as well as all kind of prices.

According to the present time, we have never sold so much exceptional labels, but we also spend a great amount of time on service to introduce extraordinary wines, affordable, full-bodied and perfectly in accordance with our cuisine.

Jean François Chuet

Founder

 

Discover our wine list on www.1728-paris.com

Opened from Monday to Friday for lunch and dinner

Saturday for tea time and dinner

It is advisable to book + 33 (0)1 40 17 04 77

Hôtel Mazin La Fafette, 8 rue d’Anjou, 75008 Paris

mail : 1728@1728-paris.com

 

 

Trendy

Trendy

trendy-1.jpg

Our new winter menu 2011/2012, by Géraldine Rumeau, head chef. 

Our news: a braised pheasant mille feuille as first plate, a magnificent turbot filet, braised with its velvet swimming crab emulsion, a Mallard duck filet in its crust of spices and duck leg confit, or an exceptional tournedos of Iberian pig, marinated and roasted.

Of course, all our classics remain in our menu: filet de boeuf  à la gravlax, tuna fish tartar or a nice rib from Simmental, marinated, for two guests.

Our cheeses are maturated by Philippe Alléosse in Paris and Renée & Renée Richard in Lyon.

The deserts are homemade and our pasties, the fruit of an exemplary and quality partnership with Arnaud Larher, whom international image is continuously increasing, and in particular in Japan.

 

Discover our menu on www.1728-paris.com

Opened from Monday to Friday for lunch and dinner

Saturday for tea time and dinner

It is advisable to book + 33 (0)1 40 17 04 77

Hôtel Mazin La Fafette, 8 rue d’Anjou, 75008 Paris

mail : 1728@1728-paris.com

 

Vendredi 21 octobre 2011

Carte des vins

vins-1.jpg*

Carte des vins

Hiver et Printemps 2011/2012

 

 

Six mois de travail, de dégustations, de découvertes pour présenter cette nouvelle carte Hiver et Printemps 2011/2012.

Dans un contexte de crise, le nombre de références des vins et champagnes (246) pourra surprendre.

Nous avons souhaité répondre au plus grand nombre d’attentes, vins de créateurs, beaux classiques, étiquettes prestigieuses.

Notre lieu dispose par ailleurs d’importantes caves où nous pouvons conserver 15 000 bouteilles.

Enfin le vin est chez nous une passion avant d’être un commerce et l’envie de partager des moments d’émotion rare est le moteur qui anime notre quête.

Les bulles sont très présentes et très appréciées au 1728 avec 31 références, les grandes maisons bien sûr mais aussi les créateurs hors normes et indépendants.

Les Hôtes du 1728 aiment le blanc, sans doute le reflet du caractère international de notre lieu, ce qui explique les 90 références blanches.

Nos efforts ont porté cette année sur la Loire, la Bourgogne et Bordeaux qui concentrent nos plus grandes demandes.

Avec 61 références, Bordeaux est le vignoble le plus visité de notre carte et l’amateur trouvera toutes les sensibilités mais aussi tous les prix.

Signe du temps présent, nous n’avons jamais autant vendu de grandes étiquettes mais nous passons aussi, beaucoup de temps en salle pour  présenter des vins hors normes, très accessibles en prix, passionnants en bouche et se mariant merveilleusement bien avec notre cuisine.

Jean François Chuet

Fondateur.

Découvrez notre carte des vins sur www. 1728-paris.com

Le 1728 est ouvert du lundi au vendredi pour le déjeuner et le dîner

Le samedi pour l’heure du thé et le dîner

Réservation conseillée au 01 40 17 04 77

Hôtel Mazin La Fafette, 8 rue d’Anjou, 75008 Paris

e-mail : 1728@1728-paris.com

 

*suiveur de Bartoloméo MANFREDI  « Les joueurs d’échecs »  Sallon de Musique du 1728

 

Saturday Tea Time au 1728

L’hiver est bientôt là et notre salon de thé ouvre, comme chaque année, ses portes le samedi de 14h30 à 18h30 d’octobre à fin avril.

Thés de Chine choisis par Yang Lining mais aussi pâtisseries d’Arnaud Larher et bulles de l’après-midi.

Au cœur de l’hiver, feu de bois dans la cheminée du salon de musique dédié à notre salon de thé.

the-1.jpg

Découvrez notre carte des thés sur www. 1728-paris.com

Le 1728 est ouvert du lundi au vendredi pour le déjeuner et le dîner

Le samedi pour l’heure du thé et le dîner

Réservation conseillée au 01 40 17 04 77

Hôtel Mazin La Fafette, 8 rue d’Anjou, 75008 Paris

e-mail : 1728@1728-paris.com

 

 

Nouvelle carte d'hiver 2011/2012

trendy-1.jpg

Trendy

Nouvelle carte d’hiver 2011/2012, signée Géraldine Rumeau, Chef de cuisine.

Au chapitre des nouveautés, le Millefeuille de faisan et de grouse braisé en entrée, un beau pavé de turbot braisé en émulsion d’étrilles, le col vert en croûte d’épices et sa cuisse confite, ou cet exceptionnel tournedos de cochon Ibérique mariné et rôti.

Bien sûr, tous les grands classiques restent à notre carte, filet de bœuf à la gravlax, tartare de thon ou belle côte Simmental marinée pour deux.

Les fromages sont toujours signés Philippe Alléosse à Paris et Renée & Renée Richard à Lyon.

Les desserts de cuisiniers sont maison et nos pâtisseries, fruit d’un partenariat exemplaire et de qualité avec Arnaud Larher, dont l’image internationale est ascendante en particulier au Japon.

Découvrez notre carte sur www. 1728-paris.com

Le 1728 est ouvert du lundi au vendredi pour le déjeuner et le dîner

Le samedi pour l’heure du thé et le dîner

Réservation conseillée au 01 40 17 04 77

Hôtel Mazin La Fafette, 8 rue d’Anjou, 75008 Paris

e-mail : 1728@1728-paris.com

Jeudi 13 octobre 2011

BEST OF LEBEY AUTOMNE-HIVER 2011/2012

lebey-001.jpg

1728 figure dans la sélection des 70 lieux à ne pas manquer cet automne et cet hiver à PARIS.Ce nouveau guide LEBEY grand spécialiste de la gastronomie de la capitale, est dédié à l'art de vivre et a l'élégance Parisienne.Ce guide est diffusé en kiosque mais aussi via plusieurs compagnies aériennes et ferroviaires.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

imgp3079.JPG

1728 appears in the selection of 70 Parisian restaurants not to be missed.

The new Lebey guide, specialist of the Parisian gastronomy, is dedicated to the “art de vivre” and the Parisian elegance.

This guide can be found in kiosk but also via several airlines and railroad companies.

Jeudi 6 octobre 2011

Le 1728 dans le magazine PEN

Une page entière consacrée au 1728 dans la dernière livraison d'OCTOBRE 2011 du grand magazine Japonais PEN et son reportage PARIS tendance et valeurs sures .pen-001.jpgpen-002.jpg

Mardi 4 octobre 2011

LES ETOILES DE MOUGINS 2011

51-87-thickbox.jpgGéraldine Rumeau aux Etoiles de Mougins

mougins_1.jpgLe Festival International de la Gastronomie de Mougins est très heureux de recevoir à nouveau Géraldine Rumeau, la chef du 1728 à Paris. L'an dernier, la jeune chef avait conquis le public par sa gentillesse, sa disponibilité son enthousiasme et bien entendu son talent culinaire autour de son "filet de boeuf mariné aux saveurs asiatiques et baguette de riz soufflé, fraîcheur du potager". C’est en voyant sa mère tester toutes les recettes régionales au gré des mutations professionnelles de son mari que Géraldine Rumeau prend goût à la cuisine. Après le lycée hôtelier, bac et BTS en poche, elle enchaine les expériences les plus diverses notamment en créant de nouveaux concepts pour les Grands Magasins. En 2006, elles est nommée chef au 1728 où elle impose ses créations contemporaines au milieu d’une brigade hétéroclite où l’on parle sept langues ! Son talent reconnu, elle a participé également au Festival de la Créativité Culinaire en 2010.mougins_2.jpgmougins-5.jpgmougins-8.jpgmougins-4.jpg cliquer ici pour voir le site des étoiles de Mougins

Mercredi 14 septembre 2011

Eté Indien - Indian summer

Nouvelle carte de rentrée signée par notre chef Géraldine RUMEAU. Au chapitre des nouvelles créations, un millefeuille de cuisses de canard confites aux épices, un œuf bio toqué émulsion d’algues anguille et caviar Oscietre, un filet de bar en habit d’algues ou bien ce superbe pavé de turbot braisé en émulsion légère de poivre de Sichuan.

La carte complète est à découvrir sur notre site www.1728-paris.com

 

Nos deux salons privés, «Trois Ors» pour 6/10 convives et le «Cabinet d’amateur» pour 2/4 convives ont été restaurés cet été. Le Salon de Musique se prépare à accueillir l’exceptionnelle Venus endormie dans sa version habillée qui pourrait être attribuée à Annibale Carracci.

 

Beaux Arts et gastronomie créative se tutoient au quotidien dans les salons de notre Hôtel historique où vécut La Fayette.

Le 1728 est ouvert du Lundi au Vendredi pour les services du déjeuner et du dîner.

Le Samedi pour l’heure du thé et le service du dîner.

Fermeture le Dimanche et certains jours fériés

 

image-ete-indien-blog.jpg

 

A new menu signed by our Chef Géraldine RUMEAU for this new season. Under this chapter of new creations: a millefeuille of spicy duck leg confit, a Bio topped egg, with an algae emulsion, smoked eels and Ossetra caviar, a Bass fillet covered with algae or this beautiful braised turbot chunk served with a light Sichuan pepper emulsion.

Discover our entire menu on our website: www.1728-paris.com

 

Our two privates salons “Les trois Ors”, for 6/10 guests, and the “Salon Amateur” for 2/4 guests have been renovated during the summer. The “Music room” will soon welcome the exceptional “Sleeping Venus” in her dressed version, which could be attributed to Annibale Carraci.

Every day, art and creative gastronomy are collected together in the salons of our historical hotel where La Fayette lived for a while.

The 1728 is open from Monday to Friday for lunch and dinner.

Saturday for tea time and dinner.

Closed on Sunday and on some public holidays.

Vendredi 26 août 2011

Ouverture

ouverture.jpg

Vendredi 22 juillet 2011

Vacances d'été

fermetureimage.jpg

Vacances d'été

 

Le 1728 fermera ses portes le vendredi 29 juillet 2011 

après le service du dîner.

 

Réouverture le jeudi 25 août 2011 

pour le service du déjeuner.

 

Le 1728 sera ouvert tous les jours 

du lundi au vendredi pour le service du déjeuner et du dîner

Et le samedi pour le service du dîner.

Réservation conseillée 01 40 17 04 77

Mercredi 22 juin 2011

Nouvelle carte d'été

carte-ete-blog.jpgPour consulter la carte : cliquez ici

Mercredi 1er juin 2011

1728 dans le guide Bonneton : Paris Cosy

paris_cosyok.jpghttp://www.editions-bonneton.com/album/parisguides.html 

Vendredi 22 avril 2011

Sur les pas d'Annibale Carracci

carrache.jpg

Fonds de dotation 1728

ci.jpghttp://www.yanglining.com 

Lundi 28 mars 2011

ARNAUD LARHER pour le 1728

 

Le nouveau logo ARNAUD LARHER 1728 souligne le partenariat développé entre les deux maisons depuis deux années.

Pâtissier d'exeption ce Meilleur Ouvrier de France présente chaque jour au 1728 ses classiques et créations du moment.

 

part-al-001.jpg

Lundi 21 mars 2011

Créations Printanières

fleur.jpg

La sole, les gambas, le pigeon font leur entrée dans cette nouvelle carte très creative, printanière et colorée.

Les classiques du 1728 sont bien sur au rendez-vous.

Une nouvelle carte signée GERALDINE RUMEAU.

A découvrir en cliquant ici

Lundi 14 mars 2011

Nouvelle carte des vins

 vins.jpgcliquer ici pour accéder à la carte 240 références, 29 champagnes, 80 blancs, 122 rouges, quelques rosés de qualité et des portos séduisants, voici notre nouvelle carte des vins 2011.Les créateurs de vins d’exceptions sont là, les clos rares, les grands châteaux mais aussi des vins découvertes selectionnés par mes soins.Nous stockons 15 000 bouteilles en cave pour votre plaisir.Jean-François Chuet Fondateur du 1728

Vendredi 11 mars 2011

LES GUIDES MICHELIN NOUVEAUX SONT ARRIVES

 

Découvrez la critique 2011 dans le NOUVEAU guide national et le guide PARIS

 

guide-michelin1.jpg

 

Mardi 22 février 2011

le 1728 sur le site e-mag déco

Pour voir l'article cliquer ici 

Vendredi 21 janvier 2011

J'AIME PARIS d'ALAIN DUCASSE

Le grand et beau livre J'AIME PARIS d'ALAIN DUCASSE consacre 4 pages au 1728 parmi les 100 coups de cœur du Maître. Un superbe livre à offrir et sûrement le plus beau livre écrit à ce jour sur les lieux de plaisirs gourmand de la capitale.
couv.jpg
 page-16-17.jpg
page-18-19.jpg

Dimanche 2 janvier 2011

Meilleurs voeux 2011

cartedevoeux2011.jpg

Mercredi 15 décembre 2010

Carte Hiver

carte-hiver1.jpgA découvrir sur notre site :  www.restaurant-1728.com

Vendredi 26 novembre 2010

GUIDES

textes-blog-guides.jpg

Création

textes-blog-creation.jpg

Mardi 23 novembre 2010

TEA TIME

carte-tea-time.jpg Carte des thé

Vendredi 1er octobre 2010

Nouvelles acquisitions

textes-1ok.jpg

Fonds de dotation

textes-ok2.jpg

Vendredi 24 septembre 2010

"Velvet", notre nouvelle carte de saison

velvet.jpg

Mercredi 22 septembre 2010

Chef : chef@1728-paris.com

Dimanche 19 septembre 2010

Geraldine Rumeau aux étoiles de Mougins

les-etoiles-de-mougins-2010.jpgLe Festival International de la Gastronomie de Mougins est très heureux d’accueillir Géraldine Rumeau, la chef du 1728 à Paris. C’est en voyant sa mère tester toutes les recettes régionales au gré des mutations professionnelles de son mari que Géraldine Rumeau prend goût à la cuisine. Après le lycée hôtelier, bac et BTS en poche, elle enchaine les expériences les plus diverses notamment en créant de nouveaux concepts pour les Grands Magasins. En 2006, elles est nommée chef au 1728 où elle impose ses créations contemporaines au milieu d’une brigade hétéroclite où l’on parle sept langues !         http://www.youtube.com/watch?v=gsklFwBPRusphoto42.jpgphoto1.jpgphoto3.jpgphoto2.jpg

Jeudi 26 août 2010

Le 1728 dans la rubrique "Tables & Toques" du Gault&Millau Magazine n°44

Le 1728 dans la rubrique “Tables & Toques” du Gault&Millau Magazine n°44Le 1728 bénéficie d'une critique très favorable ("GM+") dans la dernière livraison du Gault&Millau Magazine (septembre-octobre 2010 n°44), dans un article article intitulé "À la table de la Pompadour".

Mardi 24 août 2010

Notre "Parcours découverte" de la rentrée

Chaque semaine le midi, nousvous  présentons deux nouvelles entrées et deux nouveaux plats,dont les meilleurs intégreront nos quatre cartes annuelles.

Les “Parcours découverte” sont renouvelés tous les jeudis midi.

Entrée-plat ou plat-dessert à  35 €

Du mercredi 25 août au mercredi 1er septembre

Votre première assiette

Velouté de carottes au cumin,ravioles de volaille à la menthe.–Tartare de saumon d'Écosse et de cœur de saumonfumé façon 1728, romaine et sauce vierge.

Votre seconde assiette

Pavé de cabillaud en croûte d'herbes,rosace de pommes charlotte cuites vapeur.–Suprême de volaille fermière rôtie,haricots verts et gingembre confit.

Ce mardi 24 août, réouverture du 1728 pour le dîner

Nous informons notre aimable clientèle de notre réouverture ce mardi 24 août, à partir de 19h30.

Jeudi 22 juillet 2010

Une nouvelle œuvre majeure rejoint les collections du 1728

Une nouvelle œuvre majeure rejoint les collections du 1728L’œuvre concernée est un groupe fondu en plomb représentant Neptune chevauchant un dauphin. Le dieu de la mer retient le dauphin de sa main gauche en brandissant son trident. Cette œuvre est présente dans les murs de l’Hôtel Mazin-La Fayette depuis la création du grand escalier et du perron d’honneur à la fin du 18ème siècle. Les fondateurs du 1728, Yang Lining et Jean-François Chuet se sont attachés à regrouper et restaurer les œuvres présentes dans les murs, dont une superbe école Caravage 17ème, représentant des joueurs d’échecs. Cette toile d’extrême qualité fait l’objet d’expertises complémentaires par le spécialiste Patrice Dubois. La mémoire de l’Hôtel Mazin-La Fayette est désormais conservée et enrichie avec le plâtre d’atelier du buste de La Fayette par David D’Angers notamment, réalisé en 1829 au nom de la jeunesse républicaine française. Ce plâtre d’atelier, dont il a été tiré un bronze par l’Atelier Candide, fait l’objet de recherches approfondies par le Cabinet Maréchaux. L’analyse du Neptune a été confiée à la grande spécialiste Laurence Varga et les travaux de restauration à la Fondation de Coubertin pour le plomb, et BFA pour le trident. La torsion du buste est forte et accroît l’intensité de cette course traduite par l’animation des mèches de sa barbe. Le dauphin, aux yeux ronds, est gueule ouverte ; la langue en jaillit. La base est naturaliste, ornée d’un enchevêtrement de plantes. Ce groupe repose sur un piédestal en bois sculpté, mouluré, peint, de section rectangulaire et flanqué aux angles de consoles inversées ornées de feuilles d’acanthe. La figure de Neptune semble emprunte de l’influence du Bernin, en particulier par son attitude corporelle et son visage, du groupe en marbre Neptune et le Triton aujourd’hui conservé au Victoria & Albert Museum ; elle s’inscrit dans l’esprit d’un baroque tardif voire de son interprétation dans le Rococo germanique. Le dessin du dauphin n’est pas sans évoquer les dauphins de Georg Raphael Donner. On remarque que la langue du dauphin est solidaire et que ce groupe, dans l’état actuel, n’était pas une fontaine. Après restauration du socle en cours, l’œuvre est exposée dans la Salle d’Armes du 1728.

Lundi 19 juillet 2010

Fermeture annuelle du 1728 / 1728 annual closure

Le salon de thé est fermé en juillet. Nous sommes ouverts pour le déjeuner et le dîner en juillet jusqu'au vendredi 30 juillet inclus. Réouverture le mardi 24 août pour le dîner, puis à compter du 25 août pour le service du déjeuner et du dîner. Réouverture du salon du thé le samedi 4 septembre à 14h30.

 -----

The restaurant will be open until the 30th of July. Reopening on the 24th of August for dinner, then lunch and dinner on the 25th. The tea room is currently closed until September. Reopening of the tea room the 4th of september at 2.30 pm.

Lundi 5 juillet 2010

So Fresh, notre nouvelle carte d'été 2010

 So Fresh, notre nouvelle carte d’été 2010 Dans la fraîcheur naturelle de nos murs édifiés en 1728, une climatisation douce et une cuisine légère de l'été avec des produits d'excellence et de toute première fraîcheur, préparés par Géraldine Rumeau, Chef de nos cuisines. Le 1728 fermera 3 semaines pour l'été, du vendredi 30 juillet au soir (après le service du dîner) au mardi 24 août (réouverture) pour le service du dîner. Les cartes et menu du 1728 sont consultables à cette adresse : http://www.restaurant-1728.com/carte.php

Lundi 14 juin 2010

1728 : Highlights 2009

261 jours travaillés cette année 2009 et un flux de 30.000 clients pour le restaurant, plus de 10.000 visiteurs pour nos collections d’art et le salon de thé du samedi après midi. Un chiffre d’affaires supérieur à 2 M€ voisin de celui réalisé en 2008, démontre que le segment du luxe raisonnable a bien résisté à la crise.
Le panier moyen (déjeuner-dîner) est resté stable à 80 €. Le « parcours découverte » du déjeuner (35 € entrée-plat ou plat-dessert) a permis de fidéliser une clientèle d’affaire confrontée au nécessaire exercice de rigueur avec 4.033 menus servis. Les grands classiques du 1728 tirent les bonnes performances et le vote de nos clients : 1.778 filets de bœuf à la gravlax, c’est plus qu’en 2008, 978 côtes de bœuf Duo Katana, 1587 carrés d’agneau, 927 St Jacques, 2.817 Toques Faubourg (notre tartare de thon albacore), 1.415 sashimi 1ère fraîcheur, ou les 11.180 pâtisseries d’Arnaud Larher, Meilleur Ouvrier de France, ancien élève de Pierre Hermé et étoile montante de la pâtisserie parisienne. Avec plus de 200 références, les vins et champagnes apportent une contribution importante à l’activité de notre lieu : 672.000 € et 13.000 bouteilles vendues hors événements. Voici quelques scores intéressants : 5195 coupes de champagne servies hors privatisations, 194 bouteilles de Chablis 1er cru Beauroy Laurent Tribut, 78 bouteilles de Meursault François Jobart, 109 bouteilles de Pommard Philippe Pacalet, 185 bouteilles de Morgon Nature Marcel Lapierre, 196 Bedeau Domaine de Chassorney, 137 bouteilles de Château Faugères 2000 qui emporte les suffrages en Saint-Émilion… Le Japon, la Russie, la Chine, la Suisse, le Brésil émergent significativement en 2009 aux côtés de notre clientèle d’habitués anglo-saxons. En 2009 les VIP sont toujours au rendez-vous du 1728 avec deux Présidents de la République en exercice (le Chili et le Pakistan), deux Premiers ministres en exercice et une kyrielle de ministres et d’ambassadeurs. Le prix décerné à notre hôte le plus apprécié par notre maison en 2009 est sans hésitation Harrison Ford, pour sa simplicité, sa gentillesse, son humour et sa grande discrétion, suivi de très près par Patricia Kaas, aficionada de notre lieu. Nous avons également accueilli deux nouveaux hôtes dans nos collections picturales : l’auto portrait de Philippe de la Salle, peintre favori de Marie-Antoinette, et un superbe Nicolas Lancret, contemporain de Boucher. Désormais, les collections vivantes du 1728 sont l’une des plus complètes présentée dans un lieu ouvert au public pour une activité de restauration. 2009 voit la fin de notre programme de restauration des façades rue et cour d’honneur, un programme qui aura demandé 3 années pour retrouver les bases de l’Hôtel Mazin-La Fayette dans leur configurations historiques.

Perspectives 2010

Les 5 premiers mois de l’année 2010 s’inscrivent dans le prolongement de l’activité du 4ème trimestre 2009, traditionnellement très actif au 1728. Géraldine Rumeau notre Chef propose désormais une carte dégustation (2 entrées, 2 plats, assortiment de fromage ou dessert pour 110 € hors boissons). Le parcours Affaires du déjeuner reste à 35 € (entrée-plat ou plat-dessert, hors boissons), du lundi au vendredi midi. Le salon de thé reste ouvert le samedi après midi de 15 heures à 18 heures 30. La carte des vins, saluée par de nombreux guides (Michelin 2010 avec une grappe rouge, Lebey 2010 palmarès des meilleures cartes des vins 3 verres bleus…) s’est enrichie de nouveautés portant à plus de 240 les références proposées. La carte des vins, les 8 cartes annuelles, les menus hebdomadaires sont en ligne sur notre site français et anglais très visité : www.restaurant-1728.com Le 1728 sera fermé cet été le vendredi 30 juillet au soir après le service du dîner et ouvrira ses portes le 24 août pour le service du dîner. La fréquentation élevée incite à réserver (01 40 17 04 77). Enfin, un service de bureau dédié est en place pour les privatisations de salons (01 40 17 08 43). Les autres services proposés à notre clientèle en 2010 •    AMEX, mastercard, VISA ; •    Parking sur réservation dans la cour d’honneur pour le déjeuner, service de voiturier le soir ; •    Salons de réception de 2 à 40 convives avec prestations à la carte selon les souhaits du client ; •    Privatisation possible de l’ensemble du 1728 (80 convives assis, 198 debout) ; •    Fumoir ouvert midi et soir sans service dans la cour d’honneur ; •    Visite guidée de l’Hôtel Mazin-La Fayette sur demande. Histoire, restauration… •    Présentation sur demande des collections de peinture et sculpture 17ème 18ème 19ème siècles ainsi que notre collection d’archéologie chinoise et d’instruments de musique anciens ; •    Organisation de soirées à thèmes privées autour du vin, de la musique, de la fête, directement ou en partenariat avec les meilleurs professionnels de la place.

Jean-François Chuet, Fondateur Yang Lining, Directrice Générale

Vendredi 21 mai 2010

Fermeture lundi 24 mai

Nous informons notre aimable clientèle que le 1728 sera fermé le lundi 24 mai pour le déjeuner et le dîner. Nous rouvrons mardi 25.

Nouvelle playlist au 1728 à partir de ce soir

Porpora, Fiorenza, Leo, Sabatino - Concerti Napoleti per Violoncello. Gaetano Nasillo, violoncelle, Ensemble 415. Direction : Chiara Banchini. Disque ZZT 050302 - www.zigzag-territoires.com Georg Friedrich Händel (1685-1759), Ombra Mai Fù, interprétation de l’Akademie für alte Musik, direction Andreas Scholl. Disque Harmonia Mundi référence HMX 2901685 Giovanni Stefano Carbonelli (c. 1690 - 1772), sonates pour violon & basse continue. Hélène Schmitt, violon ; Gaetano Nasillo, violoncelle ; Karl-Ernst Schröder, guitare baroque ; Andrea Marchiol, clavecin & orgue. Disque Alpha Prod réf. 046 - www.alpha-prod.com Pietro Locatelli (1695 - 1764), L’Arte del Violino, Op. 3. Concertos n° 1, 2, 10, 11. Interprétation de Giuliano Carmignola sur violon baroque, Venice Baroque Orchestra, dirigé par Andrea Marcon. Oeuvre dédiée au vénitien Girolamo Michele Lin, publiée pour la première fois à Amsterdam en juin 1733. Disque Sony Classical référence SK89729 / wikipedia.org > Giuliano Carmignola Yo-Yo Ma, Simply Baroque. Johann-Sebastian Bach (cantates arrangées pour violoncelle) et Luigi Boccherini (Concerto en sol majeur pour violoncelle et orchestre G. 480 et Concerto en ré majeur pour violoncelle et orchestre G. 478). CD Sony Classical référence SK 60680 Josef Haydn (1732 - 1809), Trios pour Nicolaus Esterhazy. Pablo Valetti, Patricia Gagnon, Petr Skalka (Rincontro Ensemble). CD Alpha Prod réf. 128 - www.alpha-prod.com

Mercredi 19 mai 2010

Géraldine Rumeau au Festival de la Créativité 2010

Le 8 mars dernier, le Festival de la Créativité Gastronomique, organisé par le magazine professionnel le chef, a rassemblé les 20 plus grands noms de la création culinaire française (Marx, Frechon, Bacquié...). Chaque chef a réalisé sa recette la plus créative de son répertoire culinaire. Géraldine Rumeau,chef du restaurant Le 1728 à Paris a donné vie à un plat baptisé “Filet de bœuf mariné 36 heures aux saveurs asiatiques, jeunes pousses comme un bouquet, riz soufflé au caramel de soja.” Pour voir la vidéo : http://www.dailymotion.com/video/xcvxlb_geraldine-rumeau-au-festival-de-la_creation 

Lundi 26 avril 2010

Géraldine Rumeau, Chef du 1728, dans la Revue Culinaire de Mars / Avril 2010

Géraldine Rumeau, Chef du 1728, dans la Revue Culinaire de Mars / Avril 2010

Mardi 23 mars 2010

Tremblement de terre au Chili : appel à la solidarité vigneronne

Un très important tremblement de terre a récemment secoué le Chili. Nous reproduisons ci-dessous un courrier électronique reçu de Marie Lapierre dont nous publions un court extrait. - Le 1728
Bonjour à vous tous, Vous n'êtes pas sans ignorer le tremblement de terre qu'il y a eu au Chili et qui a été très violent. Les médias n'ont, malheureusement, que très peu évoqués ce tragique évènement, qui a été plus violent que celui de Haïti. Clos Ouvert, ChiliSi je viens vous parler de cela, c'est que nous avons un ami vigneron commun qui se retrouve en plein centre de cette tragédie, et qui par l'intermédiaire de Matthieu de Genevray, expose ces vins souvent sur nos salons. Il s'agit de Clos Ouvert, vin bio chilien. Le vigneron se nomme Louis Antoine Luyt. Ils ont perdu entièrement leur maison et une bonne partie de leur cave. Ils essaient de sauver tout ce qu'ils peuvent de leur cave. Mais 12 000 litres sont déjà perdus. (Vous trouverez en PJ quelques photos, vous montrant le désastre). De plus les vendanges arrivent et ils essaient de s'organiser pour faire une petite récolte qui assurera leur année future. Ce n'est pas gagné, mais ils se battent pour y arriver. De cette petite ville, il ne reste pas grand chose, que de la désolation, une peine immense pour tous ceux qui ont perdu des êtres chers (220 morts identifiés, 700 morts non identifiés et autant de disparus seulement pour cette petite ville de Cauquenes) et pour les plus courageux, l'envie de venir en aide aux plus démunis et reconstruire dès que possible leur avenir. Ils n'ont plus d'hôpital, et opèrent actuellement dans une salle de restaurant. Ils manquent de tout. Clos Ouvert, ChiliAussi pour essayer d'aider tous ces gens et notre ami à reconstruire ce qu'ils ont perdu, je propose, à tout ceux que cela intéresse, de faire un don, (même les plus petites sommes seront les bienvenues), par chèque au nom de l'association France-Cauquenes qui a été spécialement conçue pour les aider et participer à la reconstruction des infrastructures essentielles. (...) L'association se trouve à Nice, et voici le contact : Luyt Berthier - www.france-cauquenes.org - contact@france-cauquenes.org Pour ceux et celles qui seront à Hédé, un stand sera également présent, pour vendre d'une part les bouteilles de Clos Ouvert, et vous présenter les projets à court et moyen terme de l'association. Vous pourrez également leur verser vos dons à ce moment là ou leur acheter quelques bouteilles. Ce sera Luyt Berthier qui sera là, le frère du vigneron en question. Camille ma fille, que pas mal d'entre-vous connaissent, est actuellement sur place pour les aider et ne cesse de me décrire ce spectacle de désolation, mais ils arrivent malgré tout à garder le moral et l'envie de reconstruire. Je vous remercie pour eux de l'attention que vous porterez à mon message et de l'aide, quelle qu'elle soit, que vous leur porterez. A très bientôt Marie Lapierre Les Chênes 69910 VILLIÉ MORGON

Jeudi 18 février 2010

Jours de fermeture du 1728 d'ici le second semestre 2010

Nous informons notre aimable clientèle que nous serons fermés les jours suivants : lundi 5 avril 2010 les samedi 1er et 8 mai 2010 le mercredi 14 juillet 2010

Mardi 5 janvier 2010

Le 1728 vous souhaite une très belle année 2010

Bonne année 2010

Jeudi 24 décembre 2009

Les jours de fermeture du 1728 pour la fin de l'année

Nous informons notre aimable clientèle que nous serons fermés dès cet après midi du jeudi 24 décembre jusqu'au dimanche 27 décembre inclus. Nous rouvrons les portes du restaurant le lundi 28 pour le déjeuner. Nous serons fermés à nouveau le jeudi 31 décembre après le service du midi. Nous rouvrirons le lundi 4 janvier 2010. Toute l'équipe du 1728 vous souhaite de très belles fêtes de fin d'année.

Mardi 17 novembre 2009

Revue de presse, suite !

Figaro Guide Japon Figaro Guide Japon Figaro Guide Japon Figaro Guide Japon

Sortie du guide Fooding 2010

Guide France Fooding 2010Nous sommes heureux de figurer parmi les 864 établissements sélectionnés dans le Fooding Guide France 2010, sorti il y a quelques jours tout juste. Retrouvez la critique du 1728 en page 60. Prix : 9,50 € en kiosque

Lundi 28 septembre 2009

Le 1728 dans "Vivre Côté Paris" n° 6

Vivre Côté Paris

Très bel article d'une page sur le 1728 dans le dernier numéro de "(Vivre) Côté Paris" de septembre/octobre/novembre 2009, "l'art passe à table", signé Noémie Barré, photos de Claude Weber.

Vivre Côté Paris - page 1728

Vivre Côté Paris, en kiosque, 6 euroswww.cotemaison.fr

Jeudi 17 septembre 2009

Cette semaine dans le Figaroscope

Classé dans la rubrique "Les restos tendance à part", bref mais sympathique écho du 1728 parmi une belle sélection de lieux parisiens sous la plume de Colette Monsat, dans un dossier "25 lieux comme chez soi".

Mardi 8 septembre 2009

Vendanges 2009 au 1728

La nouvelle carte de saison du 1728 est entrée en service à compter du jeudi 3 septembre et nous apporte l’avant goût d’un bel automne : tagliatelles de seiche et poêlée de légumes du levant, risotto aux croustillants de magret de canard fumé, filet de Saint Pierre et confiture d’agrumes, géline noire de Racan contisée à la truffe et pot-au-feu, font partie des nouvelles créations de notre jeune Chef, Géraldine Rumeau.
Les grands classiques du 1728 ne sont bien sûr pas oubliés, parmi lesquels notre devenu légendaire tartare de thon rouge « Toque Faubourg », le tartare de bœuf « Couvre chef Mongol », le cœur de filet mariné façon gravlax ou bien évidemment notre « Duo Katana », belle côte de bœuf de Simmental à la plancha.La carte des douceurs s’apprête elle aussi pour la saison, enrichie de nouveaux desserts de cuisiniers : une panacotta légère parfumée au jasmin et son nuage de châtaigne ; poire pochée au vin rouge et sorbet hibiscus ; mais aussi une tarte fine aux figues et ses pignons caramélisés.Retrouvez l’intégralité de notre carte en français et anglais en vous rendant sur notre site internet : www.restaurant-1728.com

Vendredi 4 septembre 2009

"Vendanges", notre nouvelle carte de saison

Vendanges

La nouvelle carte de saison du 1728 est entrée en service hier soir tout juste et nous apporte l'avant goût d'un bel automne : tagliatelles de seiche et poêlée de légumes du levant, risotto aux croustillants de magret de canard fumé, filet de Saint Pierre et confiture d’agrumes, géline noire de Racan contisée à la truffe...Les grands classiques du 1728 ne sont pas oubliés, parmi lesquels notre devenu légendaire tartare de thon rouge "toque Faubourg", le cœur de filet façon gravlax ou bien sûr la côte de bœuf de Simmental.Retrouvez l'intégralité de notre carte en français et anglais sur notre site en cliquant sur ce lien.

Lundi 31 août 2009

Un groupe facebook pour le 1728

Facebook 1728Le 1728 a désormais sa page dédiée sur le site communautaire facebook. Les informations du site et du blog y seront publiées de manière à faciliter le suivi de notre actualité : nos cartes saisonnières et hebdomadaires, les nouvelles œuvres exposées... Pour rejoindre le groupe facebook 1728, cliquez sur ce lien : http://www.facebook.com/pages/Paris/1728/143549229594?ref=mf

Mercredi 29 juillet 2009

27 – 28 – 29 juillet 1830 : les Trois Glorieuses de La Fayette (mise à jour)

L’achèvement du programme de restauration de l’Hôtel Mazin-La Fayette au 8 de la rue d’Anjou à Paris dans le 8èmearrondissement et bien sûr l’anniversaire des Trois Glorieuses de Juillet 1830, sont le prétexte idéal pour saluer la mémoire du Lieutenant Général Marquis de La Fayette dont la devise « Cur Non ? », « Pourquoi pas ? », figure désormais sur le blason - en façade rue- de l’hôtel Mazin qui fut sa dernière demeure.
Voici le film des évènements de Juillet 1830 qui permettent de mieux comprendre ce personnage hors du commun cultivant l’héroïsme, la légitimité et l’amour de la constitution avec une obstination qui frisa parfois l’intransigeance, provoque tout du moins l’étonnement, mais force le respect.
26 Juillet 1830 Encouragé par Polignac, Charles X publie les fameuses 4 ordonnances de Juillet, par lesquelles il suspend la liberté de la presse, dissout la Chambre fraîchement élue, modifie la loi électorale et renvoie aux calendes automnales la prochaine élection. C’est le point d’orgue d’une tension extrême entre le souverain ultra monarchiste et les libéraux, dont La Fayette est le ténor écouté à la Chambre des Députés, malgré ses soixante-treize ans. 27 Juillet 1830 Les premières barricades et les premiers coups de feu éclatent dans la capitale. Au 8, rue d’Anjou dans les murs de l’Hôtel Mazin, on presse La Fayette de prendre la tête du mouvement qui commence comme une émeute et s’érige aussitôt en insurrection populaire. 28 Juillet 1830 La Fayette proclame la faillite de la légalité et l’urgence d’un gouvernement provisoire alors que le Maréchal Marmont, à la tête des troupes royalistes, fait tirer au canon sur les insurgés. Le roi et ses ministres sont déclarés « ennemis publics de la Patrie ». 29 Juillet 1830 La Fayette - buste en bronze (1728)La Fayette est nommé Commandant en Chef de la Garde Nationale, poste militaire suprême du pays. Il dirige désormais l’insurrection depuis l’Hôtel de Ville, centre nerveux des insurgés, et de son appartement du 8, rue d’Anjou, sa résidence parisienne. L’après midi, les troupes royalistes sont défaites au Louvre où elles sont retranchées mais le tribu payé est lourd : près de mille morts et cinq mille blessés pour cette seule journée de Juillet. On invite de partout La Fayette à se déclarer et à prendre en main les destinées de la jeune république. L’homme hésite, sans doute affaire de légitimité ; il eût aimé, comme son ami et père spirituel Georges Washington, recevoir son mandat d’un Congrès ou d’une Chambre. Le pouvoir est à portée de sa main, mais il lui faut cette légitimité qui n’est pas au rendez-vous de l’Histoire. L’autocratie le répulse, il tergiverse, lasse puis se résigne. Le champ, désormais libre pour l’alternative Orléaniste conduite par Thiers, La Fayette exige des garde-fous constitutionnels : le Prince, certes, mais une Chambre indépendante du monarque et gardienne des intérêts du peuple et de la France, tel est le fondement de l’éphémère constitution de l’Hôtel de Ville. 31 Juillet 1830 Sur le balcon de l’Hôtel de Ville, La Fayette drape Orléans des trois couleurs bleu-blanc-rouge et, devant le peuple hésitant, fait roi Louis-Philippe par l’accolade qu’il lui donne. Louis-Philille d’Orléans sera tout sauf le monarque constitutionnel tant désiré, la constitution de l’Hôtel de Ville bien vite enterrée et ses principes jamais appliqués ! Le « Héros des Deux Mondes », l’homme écartelé de la Révolution de 1789, l’homme qui le 21 Juin 1815 scelle la chute de Napoléon, l’homme à qui la France se donne en cette fin de Juillet 1830, retourne seul à son cher logis, dans les murs de cet hôtel particulier chargé d’Histoire, où le tout monde de la politique, de l’économie et des finances, des Beaux Arts et des Sciences, lui rendent visite jusqu’à son dernier souffle, le 20 mai 1834. Le fondateur du 1728 et sa directrice générale tiennent à marquer ces Trois Glorieuses d’une pierre blanche, car elles furent l’apothéose du Lieutenant Général Marquis de La Fayette, Héros des Deux Mondes, esthète de la Liberté, prince de la conviction, qui désormais repose aux côtés de son épouse dans ce cimetière de Picpus plus connu outre Atlantique qu’à Paris et aux côtés des guillotinés de la Terreur, ce qui convient ô combien à ce « French paradoxe », qui était plus que légitime au Panthéon. Les Trois Glorieuses figurent désormais au calendrier des événements du 1728 et, dès 2010, les drapeaux les plus chers à La Fayette orneront autour de son blason les balcons des salons de l’Hôtel Mazin-La Fayette : le drapeau de son régiment d’Insurgents rappelant la fougue de son engagement dès sa première jeunesse, le drapeau de la jeune Confédération américaine qui lui voua et continue de lui vouer une telle reconnaissance, le drapeau de sa chère Garde Nationale dont il fut par deux fois le Commandant en Chef aux heures cruciales de l’Histoire, et le drapeau tricolore que nous lui devons et qui représente par excellence les symboles de la Liberté, de la Fraternité et de l’Egalité. Jean-François Chuet Fondateur du 1728 Yang Lining Musicienne, Concertiste Directrice générale du 1728

Vendredi 3 juillet 2009

Planning / ouvertures été 2009

Le 1728 est ouvert tout le mois de juillet du lundi au samedi inclus, puis jusqu’au vendredi 31 juillet au soir. Fermeture du 1er août au 24 août. Réouverture le mardi 25 août pour l’heure du déjeuner. Durant l’été, ambiance climatisée bien sûr, dans l’exceptionnel décor des salons restaurés de l’Hôtel Mazin-La Fayette. Carte d’été Green Attitude, « belle cuisine légère privilégiant les beaux produits » proposée par Géraldine Rumeau. La carte d’été peut-être consultée en ligne à l’adresse suivante :www.restaurant-1728.com/carte.php Exceptionnelle carte des vins de plus de 200 références, vins découverte d’auteurs et grandes signatures. Réservations de 10h à minuit au 01 40 17 04 77. Nos maîtres d’hôtel sont tous bilingues et plusieurs collaborateurs parlent le mandarin.

4 juillet 2009 : une allure d’Independance Day au 1728

Le 1728 fête cette année l’Independance Day avec le retour du statuaire du Général La Fayette, héros des Deux Mondes, au 8, rue d’Anjou.
Alain Trampoglieri au 1728, buste en bronze de La FayetteCe statuaire, réalisé par David d’Angers en 1829, est une commande du Congrès Américain avec celui de Georges Washington. Ces deux bustes trônent aujourd’hui dans la salle des Congrès. Le tirage en bronze, d’exceptionnelle qualité, réalisé par l’atelier et bronzier d’art Candide, rejoint les sculptures du 1728. Pour la circonstance, Alain Trampoglieri, Les Marianne d’Or, et organisateur de l’exceptionnelle exposition de photos « Obama à Lafayette » pose ici (à droite) à côté du statuaire de La Fayette avec Jean-François Chuet, fondateur du 1728. Le 1728 est situé dans les anciens salons de réception de l’Hôtel Mazin-La Fayette, où vécut le Général Marquis de La Fayette de 1827 à sa mort, en 1834.

Mercredi 10 juin 2009

Notre carte des vins : 31 références de vins d'auteurs à moins de 35 euros

Crise oblige, nous proposons à nos clients une sélection de 31 vins d'auteurs dont 16 à moins de 35 €, 9 à moins 30 euros et 6 à moins de 25 euros.
PÉTILLANTS (4) Vouvray Brut Clos Naudin Philippe Foreau S.M. - 33 €Dans la tradition des grands classiques. Vouvray La Dilettante Catherine et Pierre Breton S.M. - 33 €Une cuvée hors-normes pour un Vouvray nature signé Catherine Breton. Gramenon Tout'en Bulles - 32 €Un pétillant subtil vinifié par Michèle Aubery-Laurent du Domaine Gramenon. Bugey Cerdon Bartucci ou Renardat-Fache - 29 €Un des pétillants les plus rares et les plus naturels de France, couleur rosée à base de gamay et de poulsard rouge de l’Arbois, fermentation naturelle en bouteille.
BLANCS (9) Alsace J.-M. Deiss 2004 puis 2007 - 31 €Bel Alsace générique reflétant parfaitement le goût de ce fabuleux terroir, minéral, floral, explosif... Vinifié par J.-M. Deiss de main de maître. Riesling Weingut Witwe Dr. Thanisch 2004, Allemagne - 31 €Un riesling tout en légèreté et douceur, issu d’un domaine familial établi sur les bords de la Moselle depuis 1800. Marestel Altesse Noël Dupasquier 2006 - 32 €Noël Dupasquier rend toutes ses lettres de noblesse à la Roussette de Savoie, aussi appelée “Altesse” ! Anjou René Mosse 2005 puis 2007 - 32 €Délicat, nature, tout simplement ! Marc Pesnot VDT “Miss Terre” 2007 - 24 €Mieux qu’un muscadet sur lie, un pur sans soufre. Un vin nerveux, chatouillant, gazouillant. Mâcon Village Cruzilles Clos des Vignes du Mayne, Guillot 2006 - 33 €Une pure expression de vieilles vignes de chardonnay. Côtes-du-Rhône Domaine de la Vieille Julienne 2004 - 33 €Un vin fin, produit en quantités très réduites, dominé par les grenaches de Clavin. Château Haut Larriveau 2004 - 32 €Enfin un Bordeaux original, plein de sève, riche, harmonieux, long, brut de Bordeaux ! Château Le Puy Cuvée Marie-Cécile 2005 - 29 €Un pur sémillon, vinifié sec. Une rareté en Bordeaux.
ROSÉS (6) Rosé de Loire VDT “Achillée” 2005 par Agnès et René Mosse - 27 €Cuvée atypique et détonante pour un rosé exubérant et fruité... A recommander en vin d’apéritif ou de dessert ! Sancerre rosé Domaine Prieur 2007 - 30 €Vendanges manuelles pour ces beaux pinots noirs sur le terroir de Verdigny, donnant un rosé vif et nerveux fruité légèrement acidulé. Tavel rosé Mas de L’Anglore 2007 - 28 €Issu de très vieilles vignes, cultivées labourées sans désherbant, pour un rosé gourmand riche et puissant. Coteaux d’Aix-en-Provence L’alvernègue Château Bas 2008 - 18 €Assemblage classique, grenache, cinsault et syrah pour ce rosé vif, nerveux et friand. Coteaux varois L’Apostrophe Domaine des Terres Promises 2008 - 29 €Cépages cinzau, carignan, grenache pour un rosé comme on les aime, par Jean-Christophe Comor. Porto Vecchio Torraccia 2005 puis 2006 - 22 €Des vignes conduites sans engrais chimiques ni pesticides nous offrent un rosé de terroir, sec et fruité.
ROUGES (12) Cheverny Domaine du Moulin H. Villemade 2007 puis 2008 - 22 €Un gamay pinot rouge, tendre souple et fruité, par le talentueux Hervé Villemade. VDT LA TESNIÈRE Pineau d’Aunis Thierry Puzelat 2006 puis 2007 - 28 €Un vin rare du cépage chenin noir, chenin, épicé comme une grenade, un régal ! Coteaux du Loir Domaine de Bellivière Rouge Gorge 2005 - 32 €Le rare cépage pineau d’aunis issu du vignoble sarthois donne sous la houlette d’Eric Nicolas un rouge fin et long épicé et tendre. Une vraie caresse... Bourgogne Grand Ordinaire Sibardise Domaine de Chassorney 2006 - 24 €Mariage gamay et pinot par Frédéric Cossard. Côtes-du-Rhône 2005 puis 2006 du Domaine Gramenon - 29 €Culture biologique pour un joli vin issu des vignes du Domaine Gramenon, de Michèle Aubery-Laurent. Coteaux d’Aix-en-Provence L’Alvernègue Château Bas 2007 - 22 €Coteaux d’Aix rouge en profondeur avec ses grenaches délicats, épicé de ses belles syrah et de jolis cabernets pour la structure. Faugères Clos Fantine 2005 - 26 €Le beau terroir de Faugères nous révèle là une pure petite merveille, corsé, généreux profond, rustique et presque envoûtant. Minervois La Nine 2004 puis 2007 Jean-Baptiste Senat - 28 €Sur un terroir de schistes un Saint-Chinian rare. Coteaux du Languedoc Pic Saint Loup Clos Marie L’Olivette 2006 puis 2007 - 30 €Maître incontesté des Pic-Saint-Loup, Christophe Peyras nous livre là un vin généreux, profond, soyeux. Côtes-du-Roussilon Les Sorcières 2006 - 34 €Sélection de carignan noir, grenache noir, le fruit maximum, So² minimal, un bel équilibre, une cuvée hors normes signée Hervé Bizeul. Château Le Puy 2004, Côtes de Francs - 33 €Constance et fidélité pour ce joli vin bien fait de l’un des plus vieux vignobles du sud-ouest. Clos Ouvert Otoño 2007 (Chili) - 32 €Vignes centenaires, culture au cheval et vinifications sans soufre, par Matthieu de Genevraye et Sylvain Potin.

Vendredi 5 juin 2009

Le 1728 lance une formule dînatoire à 55 € pour l’été

Communiqué du 1728, 5 juin 2009
Fort du succès de son « Parcours » déjeunatoire à 35 € entrée/plat ou plat/dessert (hors boissons), le 1728 lance dès ce samedi 6 juin sa formule dînatoire « Découverte », entrée/plat/dessert à 55 € prix net (hors boissons également) pour l’été.
Chaque semaine, du lundi au samedi, notre jeune Chef Géraldine Rumeau propose ainsi ses nouvelles créations : au choix 2 entrées, 2 plats (1 poisson et 1 viande) et trois desserts maison, pour répondre aux attentes d’une clientèle désireuse de venir dîner dans le cadre d’un forfait découverte. La carte de Printemps « Green Attitude » se poursuit par ailleurs jusqu’à l’été, consultable en ligne à cette adresse : www.restaurant-1728.com/carte.php Retrouvez toutes les actualités du 1728 sur le blog du restaurant : http://www.restaurant-1728.com/blog
Le 1728, restaurant, galerie d’art et salon de thé, est situé à l’angle du Faubourg Saint-Honoré, dans les anciens salons de réception d’un hôtel particulier du 18ème siècle (hôtel Mazin-La Fayette), dernière demeure du marquis de La Fayette. Le 1728 vous accueille du lundi au vendredi pour le déjeuner (12h00-15h00) et du lundi au samedi pour le dîner (19h30-00h00). Salon de thé le samedi après midi à 14h30. Fermeture les dimanches et jours fériés. Fermeture de l’établissement 3 semaines en août.

Jeudi 4 juin 2009

Le « Tout Monde » dans les salons du 1728, Hôtel Mazin-La Fayette

Le « Tout Monde » dans les salons du 1728Le dîner privé au 1728 de Madame Michelle Bachelet, Président du Chili, et de plusieurs de ses ministres le vendredi 29 mai 2009, précédé quelques jours plus tôt de celui du Président du Pakistan, Asif Ali Zardari ; du dîner privé de Qian Qi Chen, ancien Premier Ministre Chinois ; la réception officielle de son Excellence Stephen Harper, Premier Ministre du Canada en exercice, invité par le Président Nicolas Sarkozy en juin 2007, … s’inscrivent dans la tradition initiée par La Fayette, dont l’hôtel particulier de la rue d’Anjou fut la dernière demeure. Déjà le « Tout Monde » de l’Europe à l’Amérique visitait le héros « des deux Mondes », dont les combats pour la Liberté enthousiasmaient son temps. Les limousines présidentielles ont succédé aux calèches, mais l’esprit demeure intact et la tradition se perpétue rue d'Anjou, comme si l’âme de la maison inspirait toujours et encore le « Tout Monde » contemporain.

Lundi 25 mai 2009

Sortie du Zagat 2009-2010

Zagat 2009/10La trentième édition du Zagat vient de paraître. Nous avons l'immense plaisir d'être remarqués dans cette édition Paris Restaurants 2009/10, et notés d'un "Z", soit "highest ratings, popularity and importance". Nous mettons tout en œuvre pour suivre dans cette voie, et satisfaire notre clientèle française et internationale ! New 2009/10 Zagat Paris Restaurant: we have been rated "Z", which means "highest ratings, popularity and importance". Zagat Survey : http://www.zagat.comGuide disponible dans toutes les bonnes librairies françaises et anglo-saxonnes de Paris.

Vendredi 22 mai 2009

Notre parcours découverte prolongé jusqu'au mercredi 27 mai

En raison des jours fériés et des ponts survenant cette semaine, notre parcours découverte sera renouvelé le jeudi 28 mai. Retrouvez nos cartes en ligne sur notre site : www.restaurant-1728.com/carte.php

Mercredi 13 mai 2009

Communiqué de presse du 1728 :: Carte des vins Printemps/Été 2009

Vins d’auteurs et grands classiques du 1728
PARIS, le 13/05/2009 - Voici donc cette nouvelle carte des vins Printemps/Été 2009 travaillée tout l’hiver, qui donne une grande et large place aux vins de création et d’auteurs, jalonnée par les dessins à l’encre de Chine de l’artiste de renom Alain Le Yaouanc, sur le thème de la dégustation du vin et du 18ème siècle.
Le Yaouanc - Illustration de la carte des vins du 1728 La Champagne est bien sûr "classique", avec ses belles valeurs de référence. Une mention particulière pour la cuvée « La Closerie » de Jérôme Prévost, un très rare pinot meunier extra brut, fermenté en barrique, riche, feutré, éblouissant, mais aussi le travail de bénédictin de Anselme Selosse avec deux cuvées hors normes, son « Brut Initial » – sans doute le meilleur vin de table –, et sa cuvée « Exquise » en demi sec, champagne des desserts par excellence. Crise oblige, la carte des vins pétillants s’est élargie avec les bulles naturelles, rares et de plus en plus recherchées de Raphaël Bartucci (Bugey Cerdon à 29 €), le Gramenon Tout en Bulles de Michèle Aubery-Laurent (32 €), ou encore le Vouvray La Dilettante de Catherine Breton (33 €). 23 références au total pour les bulles, proposées pour tous les budgets, de 29 à 510 € (les vintage 89 et 90 de Krug). Caves du 1728 Notre passion des vins blancs rejoint celle de nos clients. Nous proposons pour cette carte 78 références. L’Alsace est désormais présente à tous les prix, du superbe générique, minéral, floral, explosif, de J.-M. Deiss (31 €), à la cuvée exceptionnelle de vendanges tardives de gewurztraminer 2005 signée Zind-Humbrecht. Le Jura et la Savoie font une percée encore timide bien que ces vins méritent d’être davantage redécouverts à Paris. Aux côtés de P. Overnoy et E. Houillon, nous trouvons un superbe vin jaune 2001 signé Stéphane Tissot, et une roussette qui honore bien son titre « d’altesse » : le Marestel de Noël Dupasquier (32 €). 17 références pour la Loire blanche tant appréciée à Paris, avec des nouveautés comme le Sancerre Jeunes Vignes 2007 de François Cotat ou le Savennières l’Enclos d’Eric Morgat. Un clin d’œil à Marc Pesnot avec son inclassable « Miss Terre » 2007 à 24 €, nerveux, chatouillant, gazouillant et bien sûr à Marc Angeli, Nicolas Joly, ainsi qu’au regretté Didier Dagueneau dont les cuvées « Pur Sang » et « Silex » sont devenues des ‘collectors’ pour amateurs éclairés. 24 références pour la Bourgogne blanche, traduisant nos racines ! Nous avons surtout travaillé la largeur et la profondeur de gamme de ce vignoble unique au monde par sa diversité, du Chablis au Viré-Clessé, en déroulant les clos de notre affectio, de Puligny-Montrachet à Corton, de Meursault à Saint-Aubin. Ce vignoble a ses stars : Vincent Dauvissat, Laurent Tribut, Philippe Pacalet, Frédéric Cossard, François Mikulski... Chaque année, nous découvrons de nouvelles perles comme ce Bourgogne Aligoté transcendé par Michel Couvreur (52 €), avec 300 bouteilles pour le monde entier ! Peu de nouveautés pour la vallée du Rhône blanche, où nous votons la confiance d’année en année à ses valeurs sûres. 8 références, de 33 €  pour le domaine de la Vieille Julienne (rare) à la minuscule appellation de Château Grillet avec son viognier d’esthète (168 €). Même son de cloche pour la Provence et la Corse avec nos coups de cœur répétés pour le travail unique d’Eloi Durbach (Domaine de Trevallon à 134 €) et d’Antonio Arena avec l’exubérance, les arômes et la fraîcheur sur la table (Patrimonio Grotte Di Sole 2007 à 52 €). Caves du 1728 Il manquait un Jurançon dans nos références du Sud-Ouest, l’oubli est réparé avec le remarquable blanc moelleux de Charles et Marie Hours (46 €). L’unique reproche que l’on peut formuler à l’égard des Roussillon d’exception est qu’ils deviennent chers, mais la qualité des vins de Hervé Bizeul et Gérard Gauby est au rendez-vous. Un mot sur les cépages « d’ailleurs », avec une mention toute particulière pour le vin des rois et le roi des vins, le Tokaji de Hongrie 5 Puttonyos signé Samuel Tinon (86 €), millésime 2001. Les rosés s’élargissent en gamme avec un gros effort sur les prix, comme ce coteau d’Aix L’Alvernègue du Château Bas (18 €) ou le vrai vin nature Porto Vecchio Torracia 2007 (22 €). A découvrir, la cuvée VDT Achillée 2005 d’Agnès et René Mosse, atypique, détonnante, exubérante et fruitée (27 €). 113 références pour la carte des rouges mais il faut couvrir de vastes territoires ! La Loire s’étoffe en gamme et en prix en accueillant Sébastien Riffaut avec son Sancerre Raudonas sans collage ni filtration (45 €), Philippe Alliet et son superbe Chinon Vieilles Vignes 2007 (48 €), mais aussi les frères Foucault et les bonnes surprises de cette cuvée Faux Bourg, bien nommée !, qui se révèle une pure merveille de cépage cabernet (74 €). L’entrée de gamme n’est pas oubliée avec un gamay pinot rouge, tendre, souple et fruité par le talentueux Hervé Villemade (Cheverny Domaine du Moulin à 22 €) et le Pineau d’Aunis VDT 2007 hors normes de Thierry Puzelat, épicé comme une grenade (28 €). Pour la Bourgogne rouge, 19 références cette année avec en rang serré nos valeurs sûres : Philippe Pacalet, Frédéric Cossard, Henri-Frédéric Roch, Alain Burguet, Pierre Damoy… Certes, c’est cher, mais c’est exceptionnel. A signaler un Bourgogne Grand ordinaire du Domaine de Chassorney à 24 €, mariage gamay et pinot signé Frédéric Cossard. En Beaujolais, un mot enfin sur l’exceptionnel Morgon nature 2007 signé dans la constance par Marcel Lapierre (37 €). La Vallée du Rhône rouge reste accessible grâce au remarquable travail de Michèle Aubery-Laurent (Domaine Gramenon) avec un superbe Côte-du-Rhône générique (29 €).On pourra bien sûr préférer un Côte Rôtie 2005 de Gilles Barges (118 €) ou un Château Rayas 2004 mais le mythe a un prix ! (218 €). Une petite entrée de gamme à 22 € pour la Provence rouge avec un coteau d’Aix rouge, en profondeur, avec ses grenaches délicats, épicés de ses belles syrah et de jolis cabernets pour la structure (Château Bas 2007). On pourra bien sûr voter pour le désormais mythique Trevallon rouge d’Eloi Durbach à 142 € pour son millésime 2000, ou la cuvée 2005, toute aussi rare, unique, éblouissante et plus accessible (99 €). 12 références pour les Languedoc et Roussillon rouges avec l’arrivée d’un Faugères Clos Fantine 2005 (26 €) à côté du travail de Jean-Baptiste Senat et son minervois La Nine 2007 (28 €). Clos des Fées et Vieilles Vignes Gauby sont toujours au rendez-vous, et pour longtemps, sur l’ensemble de la gamme, des vieilles vignes aux monstres sacrés Muntada et Petite Sibérie. Nous avions une réticence « bourguignonne » pour les vins de Bordeaux, que nous avons appris à apprécier avec aujourd’hui une sélection de 45 références répartie en 3 grands segments : Bordeaux, Bordeaux de prestige et enfin une section à part constituée des monocépages du Château Le Queyroux (Premières Côtes de Blayes). Chaque château a son histoire, et nous serions trop longs à raconter ce vignoble. Toute la gamme de prix est représentée, du Côtes de Francs Château Le Puy (33 €) à l’exception, avec Château Latour 1996 noté 97/100 par Parker (1440 €) sans oublier Haut-Brion ou Lafite Rothschild. Plus raisonnablement, on pourra choisir parmi des remarquables seconds vins comme cette Chapelle de Potensac Médoc 2003 (35 €), ou cette très appréciée Fugue de Nénin Pomerol 2005 (68 €). Les grands cépages des « Vins d’ailleurs » devenant inabordables, nous avons préféré creuser le filon des talents français à l’étranger comme ce Clos Ouvert Otoño 2007 (Chili) nature signé Matthieu de Genevraye et Sylvain Potin (32 €) ou le Mount Benson australien du Domaine Tournon, vinifié en biodynamie par Michel Chapoutier (37 €). En tout, 9 références pour ces « Vins d’ailleurs » rouges, avec un coup de chapeau à l’Italie et son très beau Chianti Classico 2004 de la Tenuta La Novella (45 €), ou l’Espagne avec le somptueux Finca Dofi 1998 d’Alvaro Palacios. Notre nouvelle carte des vins offre une sélection d’accords vins et fromages et vins et desserts, ainsi qu’une petite carte de Porto. Les vins au verre sont bien représentés avec chaque jour une sélection des trois couleurs mais aussi un Sauternes Rousset Peyraguet au verre (12 €), un muscat ‘mpf’ (moût partiellement fermenté) et un grenache Thierry Navarre et enfin le verre de Porto rouge Ramos Pinto Tawny (12 €). Les 220 références sont allègrement dépassées pour cette nouvelle carte, traduisant un effort important avec 8.000 bouteilles stockées à un instant T et une immobilisation de 130.000 € HT. Notre lieu permet cet effort, avec ses caves voûtées posées sur les sables alluvionnaires de la Seine, dont une grande cave réfrigérée pour les vins de la biodynamie (moins de 13° oblige), auxquelles s’ajoutent 6 armoires à vin pour le service. Dans l’esprit de notre lieu, nous avons fait le choix d’une carte commentée, permettant de choisir, de façon éclairée et en toute discrétion, le vin adapté aux circonstances, aux hôtes, et au plaisir recherché, ce qui reste l’essentiel !

Jean-François Chuet Fondateur 13/05/2009

Mardi 12 mai 2009

Exposition à venir : Catherine Hutin au 1728, du 2 au 22 juin 2009

Catherine Hutin au 1728

La presse en parle, mai 2009

Nous avons le plaisir d'être cités ce mois-ci dans Newzy, parmi les 350 tables d'affaires, brasseries, bistrots et terrasses (numéro 46 d'avril-mai 2009), mais aussi dans la dernière édition du charmant guide "Paris à l'heure du thé, des salons pour tous les goûts", pages 104-105.

Jeudi 16 avril 2009

"Green attitude", la nouvelle carte de Printemps du 1728

“Green attitude”, la nouvelle carte de Printemps du 1728

7 années de travail et de maturité pour cette nouvelle carte signée Géraldine Rumeau, Chef du 1728, en partenariat avec Jean-François Chuet, fondateur du lieu. « Green Attitude » est beaucoup plus qu’une posture du moment, c’est la quête des produits sains et de qualité, des vins natures, des cuissons japonisantes et légères, à l’image de notre cuisine où trônent plaques Japanaki, wok, fours à pression Angelopo, sans oublier bien sûr le traditionnel et les beaux gestes transmis de génération en génération. Les thés natures sans pesticides ne sont pas oubliés dans cette démarche où Yang Lining, Directrice et propriétaire, nous apporte le regard du grand maître de cithare classique, amoureuse d’équilibre, d’harmonie, de calme, à l’image de ses salons du 1728 où Asie et classicisme, Beaux Arts et inventivité, hier et demain, se tutoient.

Jeudi 9 avril 2009

Notre “Parcours découverte” du jeudi 9 avril 2009

 

Chaque semaine le midi, nous vous  présentons deux nouvelles entrées et deux nouveaux plats, dont les meilleurs intégreront nos quatre cartes annuelles.

Les “Parcours découverte” sont renouvelés tous les jeudis midi.

Entrée-plat ou plat-dessert à  35 €

Du jeudi 9 avril au mercredi 15 avril 2009

Votre première assiette

Caviar d’aubergines épicé, rosace de saumon fumé et tartine croustillante. – Velouté de belles tomates, fraîcheur de basilic, tartare de légumes.

Votre seconde assiette

Sole portion saisie, épinards et émulsion d’algues. – Filet de canette mariné et rôti, polenta crémeuse, olives noires et tomates séchées.

Jeudi 2 avril 2009

Avril, Mai et Juin 2009 : nos jours de fermeture

Lundi 13 avrilFermé le midi et le soir

 

Vendredi 1er mai Fermé le midi et le soir

 

Vendredi 8 maiFermé le midi et le soir

 

Jeudi 21 maiFermé le midi et le soir

 

Lundi 1er juinFermé le midi et le soir

Jeudi 26 mars 2009

Notre “Parcours découverte” du jeudi 26 mars 2009

Chaque semaine le midi, nous vous  présentons deux nouvelles entrées et deux nouveaux plats, dont les meilleurs intégreront nos quatre cartes annuelles.

Les “Parcours découverte” sont renouvelés tous les jeudis midi.

Entrée-plat ou plat-dessert à  35 €

Du jeudi 26 mars au mercredi 1er avril 2009

Votre première assiette

Tarte fine aux asperges vertes et saumon façon gravlax. – Velouté de châtaignes au gingembre et mousse de lait à la noisette.

Votre seconde assiette

Gigotins de lotte marinés au safran, fenouil croquant et citron confit. – Cote de veau marinée et saisie à la plancha, haricots verts et champignons noirs.

Jeudi 19 mars 2009

Notre “Parcours découverte” du jeudi 19 mars 2009

Chaque semaine le midi, nous vous  présentons deux nouvelles entrées et deux nouveaux plats, dont les meilleurs intégreront nos quatre cartes annuelles.

Les “Parcours découverte” sont renouvelés tous les jeudis midi.

Entrée-plat ou plat-dessert à  35 €

Du jeudi 19 mars au mercredi 25 mars 2009

Votre première assiette

Belles crevettes du golf du Tonkin marinées au combava, roulées dans leur feuille de brick, décor de mayonnaise légère au curry et chutney de carottes, tomates, pommes et mangue. – Mouillette de magret de canard fumé et compotée d’oignons rouges au cassis, mesclun de jeunes pousses.

Votre seconde assiette

Filet de bar poêlé, artichaut poivrade aux aromates et shitakés. – Côtes d’agneau marinées et saisies, accompagnées de pommes maxime, jus de cresson.

Mercredi 11 mars 2009

Communiqué du 1728 : Les « Parcours Découverte » du 1728 fêtent leur troisième bougie

La formule déjeuner hebdomadaire du 1728, « entrée plat » ou « plat dessert » à 35 euros, fête ses trois ans. Le bilan est très positif : 7 500 « Parcours Découverte » servis chaque année. Nous avions trois objectifs : répondre à l’attente de nombreuses entreprises et grands groupes du Faubourg Saint-Honoré désireux d’inscrire un déjeuner d’affaire dans un ticket moyen par convive inférieur à 50 €, vin, eau et café compris ; imaginer chaque semaine avec nos fournisseurs du quotidien (Lalauze, Royaume des Mers, Coq Saint-Honoré, Kaviari, Gourmet Primeurs…) de nouveaux produitx et de nouvelles recettes en stimulant la créativité de notre jeune Chef Géraldine Rumeau (32 ans) et de son équipe ; enfin, permettre à une nouvelle clientèle de découvrir combien la frontière entre vrai luxe raisonnable et restauration traditionnelle est très étroite, avec des sensations dégustation et esthétiques et des vrais instants plaisir. Cette clientèle, plus jeune, très hétérogène, contribue au brassage de ce lieu unique ouvert à toutes les idées et toutes les modes, et privilégiant avant tout l’esthétique des sens. Le succès de la Saint-Valentin 2009 qui a débuté le vendredi 13 février au déjeuner et au dîner, puis le samedi 14 à l’heure du thé et au dîner « officiel », est là pour démontrer que classicisme et modernité ont toujours fait bon ménage au 1728. Retrouvez notre carte, carte des vins et Parcours Découverte en ligne sur notre site : www.restaurant-1728.com Le 1728, restaurant, galerie d’art et salon de thé, est situé à l’angle du Faubourg Saint-Honoré, dans les anciens salons de réception d’un hôtel particulier du 18ème siècle (Hôtel Mazin-La Fayette), où vécut le marquis de La Fayette. L’ensemble des bâtiments du 18ème siècle et la cour d’honneur ont fait l’objet d’une restauration minutieuse qui s’est achevée en 2008. Site internet dédié à la restauration de l’hôtel particulier Mazin-La Fayette : www.hotelmazinlafayette.com Le 1728 est dirigé par Yang Lining, propriétaire des lieux, Prix du Grand conservatoire Central de Pékin, concertiste, épouse de Jean-François Chuet, inspirateur et décorateur du lieu. Site internet : www.yanglining.com

Jeudi 12 février 2009

Notre “Parcours découverte” du jeudi 12 février 2009

Chaque semaine le midi, nous vous  présentons deux nouvelles entrées et deux nouveaux plats, dont les meilleurs intégreront nos quatre cartes annuelles.

Les “Parcours découverte” sont renouvelés tous les jeudis midi.

Entrée-plat ou plat-dessert à  35 €

Du jeudi 12 février au mercredi 18 février 2009

Votre première assiette

Velouté de chou-fleur au curry, sommités et croûtons. – Escalope de foie gras français poêlée, asperges thaïes et compotée d’oignons rouges.

Votre seconde assiette

Pavé d’aile de raie cuit à la vapeur, wok de légumes et sauce vierge façon 1728. – Côte de veau marinée et saisie à la plancha, polenta crémeuse et jus à la sarriette.

Jeudi 29 janvier 2009

Notre “Parcours découverte” du jeudi 29 janvier 2009

Chaque semaine le midi, nous vous  présentons deux nouvelles entrées et deux nouveaux plats, dont les meilleurs intégreront nos quatre cartes annuelles.

Les “Parcours découverte” sont renouvelés tous les jeudis midi.

Entrée-plat ou plat-dessert à  35 €

Du jeudi 29 janvier au mercredi 4 février 2009

Votre première assiette

Champignons et épinards frais en ravioles craquantes. – Salade de gésiers de canard poêlés et déglacés au vinaigre de riz noir, compotée d’oignons rouge à l’orange.

Votre seconde assiette

Filet de bar cuit à la plancha, haricots verts et tomates séchées. – Onglet de veau mariné et poêlé, mousseline de patates douces.

Nos meilleurs voeux 2009 !

Notre programmation musicale du jeudi 29 janvier 2009

Charles Avison (1709 - 1770), Concertos in Seven Parts done from the Lessons of Domenico Scarlatti. Pablo Valetti, violon & Konzertmeister,  Amandine Beyer, violon, Patricia Gagnon, alto, Petr Skalka, violoncelle, Céline Frisch, clavecin. Enregistré en septembre 2002 à Paris à la chapelle de l'hôpital Notre-Dame de Bon Secours.

Disque Alpha Prod réf. 031 / www.alpha-prod.com

Heinrich Ignaz Franz Biber (1644-1704), Mysterien Sonaten. Alice Piérot, violon & direction, Marianne Muller, viole de gambe, Pascal Monteilhet, théorbe, Elisabeth Geiger, claviorganum. Enregistré en juin 2002 à Paris à la chapelle de l'hôpital Notre-Dame de Bon Secours.

Disque Alpha Prod réf. 038 / www.alpha-prod.com

Antonio Bertali (1605-1669), Valoroso. Dirigé par Philippe Pierlot, novembre 2004.

Disque Mirare / www.mirare.fr

Jean Barrière (1707 - 1747), Sonates pour le violoncelle avec la basse continüe, interprétées Bruno Cocset, violoncelle, basse de violon, ténor de violoncelle.

Disque Alpha Prod réf. 015 / www.alpha-prod.com

Johann-Sebastian Bach (1685 - 1750), Golberg Variations, BWV 988. Interprétation de Murray Perahia, enregistré en 2000 à La-Chaux-de-Fonds, Suisse.

Disque Sony Classical référence SK 89243

Yo-Yo Ma, Simply Baroque. Johann-Sebastian Bach (cantates arrangées pour violoncelle) et Luigi Boccherini (Concerto en sol majeur pour violoncelle et orchestre G. 480 et Concerto en ré majeur pour violoncelle et orchestre G. 478) interprétés de façon magistrale par le musicien sino-français Yo-Yo Ma, virtuose du violoncelle, et le Amsterdam Baroque Orchestra, direction Ton Koopman. Yo-Yo Ma joue sur un Stradivarius de 1712. Enregistré à Leiden, Hollande, en 1999.

Disque Sony Classical référence SK 60680

Jeudi 8 janvier 2009

Notre "Parcours découverte" du jeudi 8 janvier 2009

Chaque semaine le midi, nous vous  présentons deux nouvelles entrées et deux nouveaux plats, dont les meilleurs intégreront nos quatre cartes annuelles.

Les "Parcours découverte" sont renouvelés tous les jeudis midi.

Entrée-plat ou plat-dessert à  35 €

Du jeudi 8 janvier au mercredi14 janvier

Votre première assiette

Velouté de lentilles parfumé au gingembre, julienne de magret de canard fumé.

– Tempura de légumes verts, sauce au saté.

Votre seconde assiette

Filet de truite de mer poché aux aromates, épinards frais et algues marines. – Yakitori de volaille au curry et à l’orange, riz sauvage.

Jeudi 30 octobre 2008

Notre "Parcours découverte" du jeudi 30 octobre

Chaque semaine le midi, nous vous  présentons deux nouvelles entrées et deux nouveaux plats, dont les meilleurs intégreront nos quatre cartes annuelles.

Les "Parcours découverte" sont renouvelés tous les jeudis midi.

Entrée-plat ou plat-dessert à  35 €

Du jeudi 30 octobre au mercredi 5 novembre

Votre première assiette

Velouté de lentilles vertes du Puy, julienne de magret de canard fumé. – Tempura d'encornets légèrement pimentés, salade Thaïe.

Votre seconde assiette

Joli filet de moruette cuit à la vapeur, servi avec son écrasée de pommes de terre, sauce légère à la badiane. – Brochettes d'onglet de veau mariné, courgettes et aubergines grillées, purée de tomates épicées.

Jeudi 16 octobre 2008

Notre "Parcours découverte" du jeudi 16 octobre

 Chaque semaine le midi, nous vous présentons deux nouvelles entrées et deux nouveaux plats, dont les meilleurs intégreront nos quatre cartes annuelles et notre carte du cœur de l'été.

Les "Parcours découverte" sont renouvelés tous les jeudis midi. Entrée-plat ou plat-dessert à 35 €

Du jeudi 16 octobre au mercredi 22 octobre

Votre première assiette

Velouté de châtaignes, toast au confit d'oignons.. – Avocat en fine mousse délicate et parfumée, suprême d'agrumes, vinaigrette d'herbes, coriandre, menthe, citronnelle.

Votre seconde assiette

Gravlax de saumon de Norvège au cumin, tagliatelles de courgettes. – Pavé de gigot d'agneau mariné, accompagné de pommes de terre façon "pont-neuf".

Jeudi 9 octobre 2008

Communiqué : "Rendez-vous", la nouvelle carte de saison du 1728

Nombreuses créations pour ce rendez-vous d'automne au 1728 proposées par Géraldine Rumeau, Chef des cuisines, et Jean-François Chuet, fondateur. Au chapitre des entrées Pingyao - Velouté de potimarron parfumé au gingembre, éclats de châtaignes et de lotus. Gers attitude - Escalopes de foie gras de canard poêlées, craquant de pomme granny, poivre sauvage de Madagascar. La Belle Province - Demi homard canadien poché aux saveurs de noisette, fricassée de champignons des bois, présenté comme une raviole. Tempura du potager - Aubergine, courgette, poivron rouge et coriandre, dans un léger beignet versus Japon. Dans le registre plat Voyage ! Brochette de lotte sur son bâton de citronnelle Thaïe, riz sauvage du Canada, Soy beans du Japon. Cap Corse - Filet de daurade royale doré à la plancha, topinambours et shiitakes, jus persillé et galanga, servis séparément. Sésame... Noix de Saint-Jacques poêlées au sésame, composition du jardin. Et bien sûr les grands classiques du 1728, très appréciés par nos 40.000 clients chaque année Toque Faubourg - Tartare de thon rouge de première fraïcheur coupé au couteau, basilic, citronnelle, gingembre, algues marines, fleur de sel, fraîcheur de poivre de Lampung. Le Couvre chef Mongol - Version 1728 du Tastasë ou "Tartare" de bœuf d'origine turco-mongole, introduit en France au 18ème siècle dans la période des chinoiseries chères au peintre Boucher ! Assaisonné en mis en scène par le Chef dans la modernité de l'instant. Do-Mi-Sol Dolce Forte - Filet de canard sauvage, croustillant d'épices, cuisse maigre confite, sauce dolce forte, figues rôties déglacées au vinaigre de Xérès et pois gourmands. "Duo" Katana - Pour deux convives, belle côte de bœuf de Simmental (Bavière), marinée, cuite sur sa lame d'os, pour amateurs de très belle viande rouge et goûteuse, cornet de pommes de terre façon pont-neuf. Gravlax***** - Un must pour amateurs de belle viande, prélevée dans le cœur d'un filet rac", marinée 36 heures avec des soins attentifs : une explosion de saveurs, un bonheur dans l'assiette, servi froid comme il se doit, petit pot de mayonnaise maison, cornet de pommes de terre façon pont-neuf. Pour les desserts, le choix est désormais ouvert entre les créations du chef sur le thème de la légèreté, et les créations pâtissières signées Pierre Hermé ou Arnaud Larher. Pour consulter la nouvelle carte de saison en français et en anglais : www.restaurant-1728.com/carte.php ainsi que la nouvelle carte des vins de 199 références, ouverte au talent des meilleurs vignerons. Le 1728, restaurant, galerie d'art et salon de thé, est situé à l'angle du Faubourg Saint-Honoré, dans les anciens salons de réception d'un hôtel particulier du 18ème siècle (hôtel Mazin-La Fayette), où vécut le marquis de La Fayette. L'ensemble des bâtiments du 18ème siècle et la cour d'honneur viennent de faire l'objet d'une restauration minutieuse. Site internet dédié : www.hotelmazinlafayette.comLe 1728 est dirigé par Yang Lining, Prix du Grand conservatoire Central de Pékin, concertiste, épouse du fondateur, Jean-François Chuet. Site internet : www.yanglining.com

Mercredi 24 septembre 2008

Notre "Parcours découverte" du jeudi 25 septembre

Chaque semaine le midi, nous vous  présentons deux nouvelles entrées et deux nouveaux plats, dont les meilleurs intégreront nos quatre cartes annuelles et notre carte du cœur de l'été.

Les "Parcours découverte" sont renouvelés tous les jeudis midi. Entrée-plat ou plat-dessert à 35 €

 Du jeudi 25 septembre au mercredi 1er octobre

Votre première assiette

Velouté de lentilles, émincé de magret de canard fumé. – Avocat en fine mousse délicate et parfumée, suprême d'agrumes, vinaigrette d'herbes, coriandre, menthe, citronnelle.

Votre seconde assiette

Gravlax de saumon de Norvège au cumin, tagliatelles de courgettes. – Pavé de gigot d'agneau mariné, accompagné de pommes de terre façon "pont-neuf".

Mardi 23 septembre 2008

Didier Dagueneau

Nous apprenons avec beaucoup de peine le décès le 17 septembre de Didier Dagueneau, le grand vigneron de Pouilly-sur-Loire, dont nous présentons l'exceptionnel travail depuis plusieurs années. (La Tribune de Genève) « POUILLY-FUMÉ - Ce vinificateur de génie élaborait des sauvignons d'exception à Saint-Andelain dans la Nièvre. Le plus grand vigneron de l'appellation Pouilly-Fumé et un des plus célèbres vinificateurs de France, Didier Dagueneau, s'est tué mercredi dans un accident d'ULM. Il était mondialement connu grâce à la pureté de ses sauvignons. Des vins d'une immense minéralité grâce à des levures soigneusement sélectionnées, un long élevage sur lie sans soutirage, un passage sous bois très étudié, dans des contenants plus grands que les barriques. Ses vins sont cristallins, d'une élégance folle. L'expression la plus pure de ce cépage si difficile à travailler. Christian Martray, le chef sommelier du Hameau Albert Ier à Chamonix, résume avec une grande tristesse la personnalité de Didier Dagueneau : «On a perdu un grand vigneron, plein de talent, de générosité, de caractère bien sûr, mais un «gars de métier», un gars bien. Je garderai en mémoire sa voix, ses vins, ses coups de gueule et ses coups de cœur, son sens de l'humour. Il restera pour beaucoup le meilleur vinificateur de sauvignon du monde ses vins sont toujours là pour en témoigner. »

Jeudi 18 septembre 2008

Notre “Parcours découverte” du jeudi 18 septembre

Chaque semaine le midi, nous vous  présentons deux nouvelles entrées et deux nouveaux plats, dont les meilleurs intégreront nos quatre cartes annuelles et notre carte du cœur de l'été.

Les "Parcours découverte" sont renouvelés tous les jeudis midi. Entrée-plat ou plat-dessert à 35 €

Du jeudi 18 septembre au mercredi 24 septembre

Votre première assiette

Crumble d'aubergines à l'origan et olives noires, coulis de poivrons rouges. – Velouté de champignons, mousse de lait, aromatisé à la noisette.

Votre seconde assiette

Pavé de raie cuit vapeur, sauce vierge 1728, pois gourmands et pousses de soja. – Filet de canette mariné et rôti, purée de pommes de terre parfumée à l'huile de sésame, poêlée de shiitakes.

Jeudi 11 septembre 2008

Un nouvel article pour le 1728

Gazette du Palais Nous avons le plaisir d'être cités dans le numéro de la Gazette du Palais des 3 et 4 septembre, rubrique "A fin palais", sous la plume de Cahenus.

Notre "Parcours découverte" du jeudi 11 septembre

Chaque semaine le midi, nous vous  présentons deux nouvelles entrées et deux nouveaux plats, dont les meilleurs intégreront nos quatre cartes annuelles et notre carte du cœur de l'été.

Les "Parcours découverte" sont renouvelés tous les jeudis midi. Entrée-plat à 35 €

Cul de lampe

Du jeudi 11 septembre au mercredi 17 septembre

Votre première assiette

Tartare de sardines fraîches marinées au vin blanc et vinaigre de riz, purée de roquette, tomates et coriandre, coulis de poivrons rouges. – Velouté de courgettes au lait de coco, menthe poivrée.

 

Votre seconde assiette

Filet de bar cuit à la plancha, mousseline de carottes, chlorophylle d'herbes. – Carpaccio de bœuf mariné à la coriandre, copeaux de légumes et poêlée de pommes rattes.

Mercredi 10 septembre 2008

Salon de thé du 1728

La Chine est le pays d'origine du thé. On y cultive le thé depuis environ 150 ans, mais son histoire remonte à peu près à 5000 ans. La Chine produit la plus grande variété des thés du monde : Thés "verts", thés "blancs", thés "jaunes", thés parfumés, thés "oolong", thés "noirs" ... Yang Lining, directrice du 1728, renoue avec la tradition du thé chinois, partageant l'art subtil de la musique classique chinoise, de la poésie, de la calligraphie et de la feuille du thé. Le salon de thé du 1728 vous accueille tous les samedis de 14h30 à 18h30.

Jeudi 4 septembre 2008

Nouveau site internet dédié à l'hôtel Mazin

L'hôtel particulier construit en 1728 dans les salons duquel le Restaurant 1728 se trouve a dorénavant son site internet : www.hotelmazinlafayette.com

 

Un rubrique "téléchargements" et une rubrique "actualités" vous permettront d'obtenir des informations historiques sur cette belle bâtisse du Faubourg Saint-Honoré.

Conférence sur l'hôtel Mazin le 9 septembre prochain à la mairie du 8ème

Une conférence de Pascal Payen-Appenzeller (Société Historique et Archéologique des 8ème et 17ème arrondissements) se déroulera mardi 9 septembre prochain dans la Salle des Conférences de la Mairie du 8ème arrondissement, sur le thème de "La résurrection de l'hôtel Mazin : Mémorial La Fayette".

Mardi 9 septembre de 18h à  20h 3 rue de Lisbonne 75008 Paris / Tél. : 01 44 90 76 98 /www.mairie8.paris.fr

Mercredi 3 septembre 2008

Notre "Parcours découverte" de la rentrée (tous les midis, entrée/plat à 35 euros)

Du mercredi 3 septembre au mercredi 10 septembre

Votre première assiette

Champignons et épinards frais en ravioles craquantes. – Velouté de potimarron et magret de canard fumé émincé.

Votre seconde assiette

Filet d'aigle bar rôti à la plancha, biseaux de poireaux étuvés à la cannelle. – Onglet de veau parfumé au thym citron, patates douces rôties et marrons fondants.

Retrouvez l'intégralité de nos cartes et menus à l'adressehttp://www.restaurant-1728.com/carte.php

Lundi 4 août 2008

Fermeture annuelle du restaurant 1728 / 1728 annual closure

Nous informons notre aimable clientèle que la fermeture annuelle du 1728 se déroulera du vendredi 8 août au lundi 1er septembre inclus. Réouverture le mardi 2 septembre 2008 pour le dîner. We inform our kind customers the 1728 will be closed from August 8th to September 1st for its annual closure. Reopening on Tuesday, September 2nd for dinner time.

Vendredi 1er août 2008

Restauration du patrimoine architectural 8 rue d'Anjou

Plaquette restauration du patrimoine architectural 8 rue d’Anjou

Une plaquette pdf portant sur la restauration de l'hôtel particulier du 8 rue d'Anjou, où est situé le 1728, est désormais téléchargeable depuis le site http://www.hotelmazinlafayette.com/plaquette/

Lundi 28 juillet 2008

27 / 28 / 29 juillet 1830, les Trois Glorieuses de La Fayette

L'achèvement du programme de restauration de l'Hôtel Mazin-La Fayette au 8 de la rue d'Anjou à Paris dans le 8ème arrondissement, la visite du sénateur Barak Obama à Paris et le rappel par le Président Sarkozy de l'amitié indéfectible entre les deux peuples, la révision constitutionnelle (votée) et bien sûr l'anniversaire des Trois Glorieuses de Juillet 1830, sont le prétexte idéal pour saluer la mémoire de La Fayette dont la devise « Cur Non ? », « Pourquoi pas ? », figure désormais sur le blason - en façade rue- de l'hôtel Mazin, qui fut sa dernière demeure. Voici le film des événements de Juillet 1830 qui permettent de mieux comprendre ce personnage hors du commun cultivant l'héroïsme, la légitimité, et l'amour de la constitution avec une obstination qui frisa parfois l'intransigeance et provoque au moins l'étonnement, mais force le respect. 6 Juillet 1830 Encouragé par Polignac, Charles X publie les fameuses 4 ordonnances de Juillet, par lesquelles il suspend la liberté de la presse, dissout la Chambre fraîchement élue, modifie la loi électorale et renvoie aux calendes automnales la prochaine élection. C'est le point d'orgue d'une tension extrême entre le souverain ultra monarchiste et les libéraux, dont La Fayette est le ténor écouté à la Chambre des Députés, malgré ses soixante-treize ans. 7 Juillet 1830 Les premières barricades et les premiers coups de feu éclatent dans la capitale. Au 8, rue d'Anjou dans les murs de l'Hôtel Mazin, on presse La Fayette de prendre la tête du mouvement qui commence comme une émeute et s'érige aussitôt en insurrection populaire. 8 Juillet 1830 La Fayette proclame la faillite de la légalité et l'urgence d'un gouvernement provisoire alors que le Maréchal Marmont, à la tête des troupes royalistes, fait tirer au canon sur les insurgés. Le roi et ses ministres sont déclarés « ennemis publics de la Patrie ». 9 Juillet 1830 La Fayette est nommé Commandant en Chef de la Garde Nationale, poste militaire suprême du pays. Il siège désormais à l'Hôtel de Ville, centre nerveux des insurgés. L'après midi, les troupes royalistes sont défaites au Louvre où elles sont retranchées mais le tribu payé est lourd : près de mille morts et cinq mille blessés pour cette seule journée de Juillet. On invite de partout La Fayette à se déclarer et à prendre en main les destinées de la jeune république. L'homme hésite, sans doute affaire de légitimité ; il eût aimé, comme son ami et père spirituel Georges Washington, recevoir son mandat d'un Congrès ou d'une Chambre. Le pouvoir est à portée de sa main, mais il lui faut cette légitimité qui n'est pas au rendez-vous de l'Histoire. L'autocratie le répulse, il tergiverse, lasse puis se résigne. Le champ, désormais libre pour l'alternative Orléaniste conduite par Thiers, La Fayette exige des garde-fous constitutionnels : le Prince, certes, mais une Chambre indépendante du monarque et gardienne des intérêts du peuple et de la France, tel est le fondement de l'éphémère constitution de l'Hôtel de Ville. 31 Juillet 1830 Sur le balcon de l'Hôtel de Ville, La Fayette drape Orléans des trois couleurs bleu-blanc-rouge et, devant le peuple hésitant, fait roi Louis-Philippe par l'accolade qu'il lui donne. Louis-Philille d'Orléans sera tout sauf le monarque constitutionnel tant désiré, la constitution de l'Hôtel de Ville bien vite enterrée et ses principes jamais appliqués ! Le « Héros des Deux Mondes », l'homme écartelé de la Révolution de 1789, l'homme qui le 21 Juin 1815 scelle la chute de Napoléon, l'homme à qui la France se donne en cette fin de Juillet 1830, retourne seul à son cher logis, dans les murs de cet hôtel particulier chargé d'Histoire, où toute l'Europe et l'Amérique de la politique, de l'économie et des finances, des Beaux Arts et des Sciences, lui rendent visite jusqu'à son dernier souffle, le 20 mai 1834. Le fondateur du 1728 et l'historien des lieux tenaient à marquer ces Trois Glorieuses d'une pierre blanche, car elles furent l'apothéose du Lieutenant Général Marquis de La Fayette, Héros des Deux Mondes, esthète de la Liberté, prince de la conviction, qui désormais repose aux côtés de son épouse dans ce cimetière de Picpus plus connu outre Atlantique qu'à Paris et aux côtés des guillotinés de la Terreur, ce qui convient ô combien à ce « French paradoxe », qui valait pourtant le Panthéon. Les Trois Glorieuses figurent au calendrier des événements du 1728 et, dès 2009, les drapeaux les plus chers à La Fayette orneront autour de son blason les balcons des salons de l'Hôtel Mazin-La Fayette : le drapeau de son régiment d'Insurgents rappelant la fougue de son engagement dès sa première jeunesse, le drapeau de la jeune Confédération américaine qui lui voua et continue de lui vouer une telle reconnaissance, le drapeau de sa chère Garde Nationale dont il fut par deux fois le Commandant en Chef aux heures cruciales de l'Histoire, et le drapeau tricolore que nous lui devons et qui représente par excellence les symboles de la Liberté, de la Fraternité et de l'Egalité. Jean-François ChuetFondateur du 1728 Pascal Payen-AppenzellerExpert stratigraphe du patrimoine Historien, Professeur et Chercheur

Jeudi 10 juillet 2008

Nouveau guide Zagat Paris Restaurants 2008/09

Le nouveau guide Zagat Paris Restaurants 2008/09, édité par Nina et Tim Zagat, vient de sortir. Nous sommes heureux de figurer dorénavant parmi les "Zagat Top Spot (highest ratings, popularity and importance)". Site : www.zagat.com

Jeudi 3 juillet 2008

Carnet de voyage, la nouvelle carte de saison / Communiqué de presse du 2 juillet 2008

Géraldine Rumeau, Chef des cuisines du 1728, est d’humeur voyageuse… Yang Lining, âme des lieux et concertiste de renom, a parcouru le monde avec sa cithare Ming sous le bras… Ce travail en duo permet d’écrire cette nouvelle carte voyageuse, riche en saveurs lointaines avec toujours cette passion intacte pour les beaux produits de nos régions d’Europe.

Beaucoup de nouveautés sont à découvrir dans cette carte, qui vous guidera en douceur jusqu’à l’automne. Carnet de Voyage, mais aussi fraîcheur de l’été, dans les salons climatisés du 1728.

Pour consulter la nouvelle carte de saison : www.restaurant-1728.com/carte.php

Le 1728, restaurant, galerie d’art et salon de thé, est situé à l’angle du Faubourg Saint-Honoré, dans les anciens salons de réception d’un hôtel particulier du 18ème siècle (hôtel Mazin), où vécut le marquis de La Fayette. L’ensemble des bâtiments du 18ème siècle et la cour d’honneur viennent de faire l’objet d’une restauration minutieuse.

Un « journal » de l’ensemble de ces travaux exemplaires est visible en ligne à cette adresse : www.restaurant-1728.com/blog

Lundi 30 juin 2008

Sortie du Guide des 250 bonnes tables de Paris de L'Express

L'édition 2008 du Guide des 250 bonnes tables de Paris par arrondissement est sorti dans le courant de cette semaine sous la direction de François-Régis Gaudry.Nous sommes heureux d'y figurer en bonne place dans la catégorie "Aussi beau que bon" (voir page 46).

Vendredi 30 mai 2008

Communiqué : Yang Lining, musicienne, concertiste, restauratrice et PDG

Pékinoise de naissance, Yang Lining découvre la musique à l'âge de 9 ans et le Gu Qin (cithare classique) à14 ans. Elève des plus grands maîtres du plus noble instrument classique de la Chine, et primée au Conservatoire Central de Pékin, Yang Lining débute très tôt sa carrière de concertiste solo, en Chine d'abord, puis au Japon, enfin en Europe où elle se fixe  à Paris en 1987.

Concerts, enregistrements, tournées internationales séenchaînent jusqu'en 2000 où Yang Lining souhaite explorer d'autres voies. Experte en thé, elle décide d'ouvrir son propre salon.

L’Hôtel Mazin-La Fayette au 8, rue d’Anjou offre des opportunités qu’elle saisira en rachetant les anciens salons de réception de l’Hôtel qui sont en complète déshérence. Elle n’est pas rebutée par les façades lépreuses de ce lieu chargé d’Histoire où vécu La Fayette et pressent le formidable potentiel de ce lieu unique à Paris.

2001 voit l’ouverture des deux premiers salons, suivie chaque année par la renaissance d’un nouveau salon jusqu’en 2005, où le 1728 prend toute sa dimension de restaurant gastronomique / galerie d’art / salon de thé (450 m² dédiés aux Beaux Arts des 17ème, 18ème et 19ème siècles et à l’archéologie chinoise dont Yang Lining est collectionneuse.

Yang Lining, qui a vécut enfant la fin des années rouges de la Révolution Culturelle, est restée choquée par la destruction du patrimoine artistique et l’autodafé des partitions et instruments anciens qui sont partis en fumée dans cette folie des hommes. Sa voie est donc tracée et elle souhaite bâtir pour la génération future. Gestionnaire avisée, elle créé son holding patrimonial dont elle est la gérante et contrôle désormais 100% de son capital.

Elle vient d’être nommée Président Directeur Général de la SA ESPACE DRAGON, société de gestion du 1728.

Le 1728 a réalisé en 2007 un CA HT de 2,2 M€ et servi un peu plus de 30.000 couverts à l’heure du déjeuner et du dîner. Le 1728 développe également une activité de privatisation de salons pour des opérations événementielles corporate (dîners de gala, réception, cocktails, …) qui a représenté 460.000 € de CA HT en 2007.

Yang Lining réfléchit et travaille à la création d’un institut dont la vocation sera d’être une passerelle entre les Beaux Arts français et européens du 18ème siècle qu’elle affectionne, et les Beaux Arts chinois, plus particulièrement les périodes Song et Ming et qui ont sa préférence.

L’instrument de concert favori de Yang Lining est une cithare Ming datée de 700 ans. Ce projet muséal et de lieu d’échanges culturels et musicaux franco-chinois devrait voir le jour dans les trois années à venir.

Yang Lining a été reçue par ses pairs en 2007 Grand Maître de cithare classique, distinction la plus élevée pour un musicien du « noble art ».

Mercredi 21 mai 2008

Sortie du guide Paris Resto 2008-2009 du Petit Futé

Nous sommes heureux de figurer en tête de liste des établissements du 8ème arrondissement pour la nouvelle édition du Guide Paris Resto du Petit Futé !

Jeudi 15 mai 2008

Mark Angeli : viticulteur en biodynamie

[daily]x1q8sx[/daily]

Mardi 22 avril 2008

Restitution / Restauration de l'Hôtel Mazin-La Fayette, 8 rue d'Anjou

La restauration de l'Hôtel Mazin-La Fayette tire sa genèse de l'acquisition par la famille Chuet-Yang de plusieurs lots d'habitation en assez mauvais état au 8 rue d'Anjou. Ce remembrement, puis la rénovation intégrale de ces lots, donnent naissance au triplex, aujourd'hui propriété de la société familiale ANJOU POMPADOUR, triplex dans lequel nous trouvons une importante partie du meuble bibliothèque en panneaux de pichpin en provenance des salons de réception de l'hôtel Mazin.

L'année 2000 marque un tournant dans la vie du couple avec la naissance d'un fils et le souhait exprimé par Yang Lining, concertiste de renommée internationale, et Jean-François Chuet, spécialiste reconnu du marketing des introductions en bourse, de redéfinir leurs priorités professionnelles.

Le nouveau projet commun prend corps en 2001 au 8, rue d'Anjou avec la possibilité d'acquérir une partie des anciens salons de réception de l'Hôtel Mazin et le projet de restaurer ce lieu pour accueillir une galerie d'art, salon de thé et un espace dédié aux produits gourmand.

Ce qui devait être au départ une simple restauration prend très vite des allures de quête lorsque sont retrouvées les boiseries d'origine du salon de musique derrière 7 cm de plâtre, en démontant les éléments et rajouts  «Art Nouveau», ce qui permet de retrouver la cheminée d'origine, en fouillant les immenses réserves où sont exhumés les impostes, les originaux qui serviront de modèles pour les doubles portes des pièces commandées, les parquets à la française originaux démontés au fil de l'Histoire. En effet, les salons sont devenus dans les années 80 des locaux de stockage et des bureaux d'information consommateurs d'une entreprise de produits laitiers peu soucieuse de l'histoire du bâtiment.

Cette restauration est conduite avec une équipe de compagnons qui ont à cœur de retrouver, restaurer, reconstituer les éléments d'origine dans l'esprit d'Antoine Mazin, écuyer, ingénieur du Roi Louis XV, Garde des plans des maisons royales et des fortifications de France en ce début du 18ème siècle curieux, inventif et européen.

L'ouverture des premiers salons du 1728 en janvier 2002 et le succès commercial qui accompagne ce lancement permettent en 2004 l'acquisition des deux grands salons démembrés au fil du temps puis des surfaces annexes. Le remembrement opéré sur la base des études confiées à Pascal Payen-Appenzeller, expert stratigraphe du patrimoine, reconstitue les anciens salons de l'Hôtel Mazin dans leur état premier. Ces travaux de restauration, conduits par la même équipe de compagnons sous la houlette de Jean-François Chuet et Yang Lining, ont duré cinq ans pour s'achever en 2006.

La restitution des salons de l'Hôtel Mazin autorise les fondateurs à une vision plus globale du projet d'autant que le bâtiment (façades extérieures et cour), suite à des réticences de copropriétaires résidents, est alors en piteux état et fait l'objet d'une injonction administrative. La famille Chuet-Yang est le porte drapeau d'une restauration exemplaire des façades et de la cour d'honneur.

Le préfinancement des études communes, plusieurs assemblées générales et une somme considérable d'énergie intellectuelle et financière, sont nécessaires pour faire accepter le projet et débloquer la situation avec l'aide de la Ville et des services de l'A.B.F., du S.D.A.P. et de la D.R.A.C. Île-de-France. La société familiale détentrice des murs du 1728 devient co-maître d'ouvrage aux côtés de la copropriété et prend à sa charge la restitution des éléments décoratifs majeurs des façades pierre : 19 mascarons dans l'esprit de la place Vendôme et de l'hôtel Matignon, 2 grands cartouches (l'un en façade rue, l'autre en cour d'honneur), 4 grands tableaux sous porche, la pose du blason La Fayette défini grâce aux recherches de Pascal Payen-Appenzeller et divers éléments architecturaux remarquables.

Engagés en juin 2007, ces travaux majeurs se poursuivent jusqu'en avril 2008 pour les bâtiments historiques de l'Hôtel Mazin. 9 m3 de pierre issue de la carrière d'origine dans l'Oise, 20.000 heures cumulées de travail, la participation de compagnons pierreux et de leur équipe, ainsi que d'un sculpteur monuments historiques et son équipe, de compagnons couvreurs spécialistes de la pose de plomb à l'ancienne, expliquent la qualité du travail accompli.

Une telle restauration donne de l'appétit à bien faire et le troisième co-maître d'ouvrage, la SCI ELYSEES ANJOU, s'engage à son tour dans la restitution des façades des bâtiments cour et rue remembrés par la famille Marquet de Bourgade au milieu du 18ème siècle. Les travaux de ces derniers bâtiments seront menés à bonne fin pour l'hiver 2008. A l'issue de ces travaux, l'ensemble de l'Hôtel Mazin-Marquet de Bourgade-La Fayette est rendu au présent avec les ajouts de l'Histoire et une lecture volontairement marquée de ces ajouts. Ladite lecture de l'histoire architecturale de l'Hôtel Mazin est un des fondements du projet.

Le 1728 est déjà visité chaque année par 40.000 convives auxquels s'ajoutent les simples curieux et amoureux des beaux arts et du 18ème siècle. Ce sont au total plus de 50.000 visiteurs chaque année qui apprécient déjà ce lieu de mémoire atypique et unique au cœur du Faubourg Saint-Honoré. Les développements en cours sont bien sûr de nature à favoriser une plus large fréquentation avec une notoriété et une image accrue. Un site internet en cours de création, www.mazinlafayette.com contribuera par ailleurs au rayonnement international de l'Hôtel.

Jean-François Chuet Fondateur du 1728

Lundi 21 avril 2008

Communiqué : édition de la nouvelle carte des vins du 1728 ### Printemps 2008

196 références pour cette nouvelle carte des vins, reflet de notre appétence pour le divin nectar. 20 références de champagnes dont les sublimes Selosse et un rosé d’exception, la cuvée Elizabeth de la maison Billecart Salmon.

Photo : Mathieu Thoisy

La carte des vins de Loire s’ouvre au talent de Mark Angeli de la ferme de la Sansonnière, avec un Anjou La Lune joliment fait et un grandiose Bonnezeaux coteaux du Houët. Désormais 24 références pour les bourgognes blancs avec les signatures de Tribut, Dauvissat, De Moor, Pacalet, Cossard… Belle découverte dans les blancs de Provence : le Bellet blanc Massa, rareté des environs de Nice.

Château Yquem fait son entrée, réclamé par nos clients, avec le superbe millésime 2001. Vote de confiance pour les Roussillon blancs de Gérard Gauby et Hervé Bizeul, ouverture pour les Alsace talentueux avec un gewürztraminer Epfig domaine Ostertag et le Riesling Sainte-Catherine de la maison Faller au Domaine Weinbach.

Photo : Mathieu Thoisy

Parmi les rouges, la Bourgogne est toujours très présente, fortement représentée par les vins d’Henri-Frédéric Roch et Philippe Pacalet, parmi les plus talentueux. Nous conservons tous nos référencements de la vallée du Rhône, de la Provence et du Roussillon, avec un affectio particulier pour le Crozes-Hermitage Dard et Ribo, le Trevallon d’Eloi Durbach et le joyau d’Hervé Bizeul : la Petite Sibérie.

Les Bordeaux rouges comptent désormais 34 références avec une ouverture aux grandes étiquettes réclamée par notre clientèle internationale ; Haut-Brion 1999, La Conseillante 2001, Cheval Blanc 1999, Langoa Barton 2000, Mouton Rothschild 1999, font désormais partie du paysage du 1728. Pour les cépages « découverte », nous proposons l’un des plus grands vins de la péninsule ibérique, le Finca Dofi Alvaro Palacios 1998, un magnifique vin du Piémont le Sito Moresco Langhe Angelo Gaja 1996 et un vin casher réputé, le Gamla Cabernet Sauvignon 2001, des hauteurs du Golan.

Deux grandes nouveautés cette année pour la carte des vins : une section vins et fromages avec des propositions d’accords parfaits, et une section vins et desserts avec 12 références pour terminer en beauté sur le chocolat, les entremets et les sorbets de création maison. Pour ce dernier chapitre, découvrez ou redécouvrez la cuvée Vintage Rich Reserve 1999 de Veuve Clicquot, que nous abandonnons à notre voisin Albion, un Quart de Chaume du Château de Suronde au chapitre des plus grands liquoreux de Loire ou le rare 100% Petit Verdot du Château Le Queyroux, sur ses notes de chocolat amer et de cacao.

Les portos sont également présents pour le fromage Stilton ou les desserts de fruits avec notamment un Ramos Pinto vintage 1983.

Pour chaque vignoble, nous nous sommes attachés à référencer d'excellents rapports qualité prix comme le Marc Pesnot Nature à 24 € ou le Pineau d'Aunis Thierry Puzelat 2006 à 28 €. Au total, nous proposons 39 références de 22 à 40 €.

Les illustrations originales à l'encre de Chine qui jalonnent la carte sur le thème du vin et du dix-huitième siècle ont été réalisées par l'artiste peintre Alain Le Yaouanc pour le 1728.

Une carte pour tous les budgets et la palette de goût la plus large, tels ont été les fils directeurs pour cette nouvelle carte mise en service dès le 14 avril 2008.

Jean-François Chuet, Fondateur du 1728

L'Instant Thé

A partir de ce lundi 21 avril, une formule à 35 € pour deux personnes est proposée pour l'heure du thé. Il vous est possible de venir déguster nos rares thés de Chine sélectionnés par Yang Lining (thés rouges ou thés verts) avec une pâtisserie du réputé Arnaud Larher.

Le salon de thé est ouvert tous les jours sauf le dimanche de 14h30 à 19h00. Consultez notre carte des thés en cliquant ici.

Jeudi 10 avril 2008

Guides 2008

Le 1728 est cité parmi les nouveaux guides 2008 : Pudlowski Paris, Michelin (national et Paris) et Frommers. Retrouvez leurs critiques !

-

Vendredi 4 avril 2008

GaultMillau Paris 2008

Le 1728 est sélectionné dans le nouveau guide Paris 2008 GaultMillau, qui vient tout juste de sortir.

Lundi 17 mars 2008

Lundi de Pâques - fermeture pour le déjeuner et le dîner.

Nous informons notre aimable clientèle que le 1728 sera fermé le lundi 24 mars.

Vendredi 7 mars 2008

Sortie du Guide Michelin 2008

L'édition 2008 du Michelin vient de paraître ce jeudi, avec deux fourchettes pour le 1728.

Jeudi 6 mars 2008

Nouvelle carte des vins

La mise en service de la prochaine carte des vins du 1728 est prévue pour la mi-mars. Champagne Drappier Grande Sendrée 2002, Bourgogne Aligoté Florent Giboulot 2003, Chablis 1er cru Philippe Pacalet, font partie des nouveautés pointues qui seront à l'honneur. La carte sera toujours illustrée par les dessins de l'artiste Alain Le Yaouanc.

 

Carte des vins du 1728 illustrée par Le Yaouanc

Jeudi 14 février 2008

Fermeture exceptionnelle à l'heure du déjeuner du lundi 25 au vendredi 29 février

Nous informons notre aimable clientèle qu'en raison de travaux de pavage sous passage cocher du 8 rue d'Anjou, le 1728 sera exceptionnellement fermé du lundi 25 février au vendredi 29 février inclus pour l'heure du déjeuner uniquement (ouvert pour le dîner à partir de 19h30).

Lundi 4 février 2008

Réouverture du salon de thé

Le salon de thé du 1728, ouvert du lundi au samedi à partir de 14h30, a rouvert ses portes ! Retrouvez les thés de Yang Lining sur notre carte des thés et infusions en ligne www.restaurant-1728.com/the.php

Samedi 5 janvier 2008

Le 1728 dans le Vuitton City Guide 2008

La nouvelle édition du Vuitton City Guide des villes d'Europe, sous la direction de Yves Carcelle, est sortie depuis peu. Le 1728 y est cité en bonne place parmi les établissements de prestige parisiens dans le chapitre "Champs Elysées montaigne - Madeleine - Faubourg Saint-Honoré".

Le 1728 vous adresse ses meilleurs vœux

 

Yang Lining, directrice du 1728, Jean-François Chuet, fondateur

Géraldine Rumeau, Chef des cuisines

et l'ensemble du personnel du 1728

vous souhaitent une bonne et heureuse année 2008 !

Meilleurs voeux 2008

Lundi 19 novembre 2007

Thanksgiving au 1728

Thanksgiving est célébré au 1728 ce jeudi 22 novembre 2007 ! Géraldine Rumeau, Chef des cuisines du 1728, proposera à sa carte pour l’heure du déjeuner uniquement un plat de Thanksgiving conçu spécialement pour cette occasion festive : ballottine de chapon du Gers laquée, et compotée d’oignons aux airelles.

Jean-François Chuet, fondateur du 1728, conseille pour ce plat le magnifique Pernand Vergelesses 2005 de Philippe Pacalet.

Mardi 13 novembre 2007

On en parle : les référencements des guides 2008

Les 1728 est référencé dans les guides suivants :

 

GAULTMILLAU 2008

PUDLO Paris LE POINT 2008

GUIDE LEBEY DES RESTAURANTS 2008 Le 1728 figure au palmarès 2008 des meilleures cartes des vins du Guide Lebey.

GUIDE CHAMPERARD 2008

 

Samedi 10 novembre 2007

Collection vins et champagnes automne hiver 2007-2008

Cave à vin du 1728

182 références pour cette nouvelle collection automne hiver 2007-2008. Les blancs sont très présents avec 62 références en réponse à la modernité du goût mais aussi tendance lourde installée chez la clientèle internationale et maintenant française. Les bulles s’ouvrent à de grands talents de vignerons indépendants, dont de sublimes champagnes rosés et des raretés de vignerons talentueux et hors normes (Jérôme Prévost, Jacques Selosse...). 

Dessin d’Alain Le Yaouanc pour la carte des vins du 1728Dessin d'Alain Le Yaouanc pour la carte des vins du 1728 (2006)

Les vins et grands crus bordelais sont très bien représentés dans cette collection avec 35 références et bien sûr la Bourgogne notre terre de prédilection (39 références), les Roussillon d’exception (26 références), la Loire (21 références) et la vallée du Rhône (19 références). Une belle place est réservée aux vignobles "découverte" : 19 références avec l’Italie, l’Espagne, la Hongrie, les Etats-Unis, la Nouvelle Zélande et même la Chine, futur territoire des grands vins.  Nous poursuivons notre quête des talents avec un appétit et une tendresse extrêmes pour la création, la signature, l’expression, le timbre et l’harmonie du vin, à l’image de Philippe Pacalet, Marcel Lapierre, Frédéric Cossard, Colette Faller, René Mosse, François Cotat, Didier Dagueneau, Nicolas Joly, Pierre Damoy, Henri-Frédéric Roch, Gérard Gauby, Catherine et Pierre Breton, Thierry Navarre, Hervé Bizeul et bien d’autres…

Dessin d’Alain Le Yaouanc pour la carte des vins du 1728Dessin d'Alain Le Yaouanc pour la carte des vins du 1728 (2007)

Les vins nature peu ou pas sulfités sont plus que jamais présents et connotent ce territoire unique, volontairement hors du commun qui est celui du 1728.

Lundi 5 novembre 2007

Article sur le 1728 dans le numéro d'Air France Magazine de novembre 2007

Couverture Air FranceArticle Air France Magazine

Mardi 4 septembre 2007

Réouverture du 1728

Entrée du 1728 pendant les travauxA compter du mardi 4 septembre pour le service du soir uniquement, et du mardi 11 septembre pour le service du midi, le salon de thé et le service du soir, le 1728 rouvre ses portes après plusieurs semaines de travaux extérieurs et intérieurs. L'importante campagne de restauration des façades cour et rue de l'Hôtel Mazin, où se trouve le 1728, touche bientôt à sa fin. Des travaux ont également été dirigés dans les murs du 1728 avec un nettoyage conséquent des plafonds et des frises anciennes, une rénovation complète des patines et d'importantes rénovations dans les cuisines. L'ensemble des photos du chantier sont visibles en cliquant ici.

Mardi 21 août 2007

Un nouveau tableau pour la galerie du 1728

Portrait de jeune femme 18ème

Un nouveau tableau viendra orner les murs du 1728, il s'agit d'une huile sur toile XVIIIème de format médaillon (122 cm x 100 cm), "Portrait de trois-quart de Mademoiselle de ... une fleur à la main".

Cette pièce sera accrochée à la réouverture du restaurant, le mardi 4 septembre.

Jeudi 9 août 2007

Le 1728 cité dans Tea in City Paris

L'édition 2007 du guide des salons de thé Tea in the City, A tea lover's guide to sipping and shopping in the city pour la ville de Paris, publié par les éditions Benjamin Press et rédigé par Jane Pettygrew et Bruce Richardson, vient de sortir. Le 1728 figure en bonne place parmi les beaux salons de thé du 8ème arrondissement !

Lundi 30 juillet 2007

L'Express : Guide des 200 bonnes tables à Paris par arrondissement, édition 2007

Le 1728 est référencé dans les "Bonnes adresses de l'Expert", Guide des 200 bonnes tables à Paris, édition 2007, de l'Express.

Jeudi 19 juillet 2007

Fermeture annuelle / été 2007

Nous informons notre aimable clientèle que le 1728 sera fermé à partir du samedi 28 juillet (pas de service), et rouvrira ses portes le mardi 4 septembre pour le service du soir.


Rendez-vous sur le blog des travaux pour suivre l'évolution du chantier de restauration de l'Hôtel Mazin (cliquez sur la photo ci-dessous)

Blog des travaux


Email actualités du restaurant 1728 juillet/août 2007

Mercredi 18 juillet 2007

"La partie d'échecs", école caravagesque, dans la Galerie 1728

Depuis le 10 juillet, le 1728 accueille dans ses murs une superbe huile sur toile, école caravagesque, appartenant au Syndicat des Copropriétaires du 8 Anjou.

Monsieur Dubois, expert en tableaux et dessins anciens, a produit une expertise ci-jointe : Expertise Patrice Dubois - 21 mai 2007

La toile est visible dans le salon de musique aux heures d'ouverture de la galerie et du restaurant. Vous pouvez nous exprimer vos manifestations d'intérêt pour cette toile destinée à la vente sur notre adresse email galerie@restaurant-1728.com ou par téléphone au 06.09.92.59.42 (Jean-François Chuet, fondateur du 1728).

La Partie d’échecs, toile actuellement exposée dans le salon de musique du 1728

Géraldine Rumeau, Chef du 1728, en tournée gastronomique en Russie

C'est du 1er au 8 juillet derniers que notre Chef, Géraldine Rumeau, s'est rendue à Moscou, à l'instigation du tout récent et déjà célèbre restaurant Nabi, du groupe Restsindikat.

Le restaurant Nabi à Moscou

Cuisine du Nabi, à Moscou

Invitée et reçue au sein d'une équipe internationale rodée au mariage harmonieux des saveurs et des épices, Géraldine Rumeau a proposé à la carte du Nabi 12 mets librement inspirés de la cuisine du 1728, parmi lesquels :

Entrées* Gravlax de saumon au cumin, rosace de pomme charlotte à la graine de moutarde. * Crumble d'aubergines aux amandes, œuf poché et chèvre frais à la ciboulette.

Plats* Filet de dorade royale poêlé à l'huile de vanille, banane frécinette rôtie et chou pak choy. * Dans un beau carré d'agneau, des noisettes préparées, marinées et saisies, sauce au miel et badiane.

Desserts* Sushis de fruits frais au caramel de balsamique. * Gaspacho de fruits rouges et basilic thaï au pain d'épices.

La carte est consultable dans son intégralité en cliquant ici

Histoire de l'immeuble et travaux de restauration (fin juin 2008)

1er août 2008 - Mise en ligne de la plaquette présentant les travaux de restauration de l'hôtel Mazin-La Fayette

Plaquette restauration du patrimoine architectural 8 rue d'Anjou

Une plaquette pdf portant sur la restauration de l'hôtel particulier du 8 rue d'Anjou, où est situé le 1728, est désormais téléchargeable depuis le site http://www.hotelmazinlafayette.com/plaquette/


22 avril 2008 – Petit rappel de l'histoire et de l'évolution des mascarons

A l'origine il 'agit des têtes des ennemis posées sur des poteaux pour servir d'épouvantails...

Les mystères dionysiaques et le théâtre transfigurent cette histoire. La Grèce les utilise dans les rites funéraires, les cérémonies religieuses, les triomphes. Les antéfixes en terre cuite, ces ornements posés aux extrémités des toits romains, ont une fonction d'exorcisme, la méduse pétrifiée, Bacchus, la bacchante, le satyre, la fécondité. Au Moyen-Âge, placés à la saillie d'une corniche, dans l'embrasure d'une porte ou en cul de lampe, ces figures aux modèles innombrables jouent le rôle de démons subalternes.

La Renaissance est à l'origine des mascarons dont nous traitons ici avec la découverte en 1480 des Grotteschi, peintures souterraines antiques. Maniérisme, baroque et rococo s'en empareront successivement. La gravure et les répertoires d'ornement diffusent cette imagerie. Les premiers artistes qui en répandent la mode en France travaillent pour François Ier : le Primatice et le Rosso (et son graveur René Boyvin). L'architecte A. du Cerceau les adopte, comme le sculpteur Jean Goujon. Puis le décorateur Bérain au XVIIe siècle, l'architecte Oppenord, les sculpteurs Slodtz et le décorateur et orfèvre Meissonnier au XVIIIe siècle. L'iconologie de Cesare Ripa est la source magistrale dans laquelle puise chaque siècle.

Des mascarons de façade

Les architectes, comme le grand théoricien Blondel, se sont montrés rétifs devant l'abus d'ornement. Selon lui, le mascaron doit rester une exception. La simplification progressive de l'architecture, dont la grandeur est faite de répétition, conduit à l'emploi du mascaron à la clef d'arc dont il marque la symétrie de manière dynamique. L'appareilleur dans son toisé prévoit les tables d'attente. Des modèles sont réalisés en cire ou plâtre. Le mascaron est pratiquement toujours esquissé sur le plan. Pourtant, comme il apparaît en fin de chantier, et parfois ultérieurement, il n'y a pas presque jamais d'attachement.

Iconographie

En principe, les visages sont d'abord vus de face, les cheveux en encadrement, dont les mèches se croisent en haut ou en bas. Jamais deux mascarons ne sont identiques. Au contraire ils s'opposent, la jeunesse et la vieillesse, lâ'imberbe ou le barbu par exemple. Les saisons montrent le printemps sous les fleurs, l'été épanoui, la tête de l'automne chargée de grappes et l'hiver en vieillard ensommeillé. Hercule, la figure héroisée du masculin, triomphe longtemps, avant les «  sauvages » d'Amérique à coiffures de plumes et les turcs enturbannés. L'individualisation des traits, le regard désabusé, l'œil impertinent, le nez camus, les poses asymétriques, la caricature sous forme de grimaces et mimiques, le rire truculent du faune (cf. les bouffonneries des mascarons du Pont-Neuf), les gesticulations du singe, mais aussi le sourire de la gracieuse jeune fille, la sensualité d'une joue potelée, ces portraits font la joie du promeneur. Avec le style rocaille, les doubles profils, les cartouches à coquilles qui s'enroulent sur l'intrados, les triples cornes d'abondance et les chutes de fleurs, marquent le sommet d'un art qui se retrouvera sur les immeubles haussmanniens après l'interruption du style néo-classique qui leur préférera l'agrafe cannelée.

Des mascarons de la place Vendôme, des hôtels de Matignon et de Charost, et du 8 rue d'Anjou

Les années 1720/1730 sont très productives et heureuses pour l'ingénieur Mazin qui récupère le chantier de l'hôtel Matignon au détriment de l'architecte Courtonne, obtient la commande de l'hôtel de Charost, aujourd'hui résidence de l'ambassadeur de Grande Bretagne, et construit pour son compte les quatre immeubles de la rue d'Anjou. Dans le même temps s'achève le chantier des façades de la place Louis Le Grand (place Vendôme) dont le programme de mascarons est à la fois expressif, sobre et viril, une armée de visages accompagnant la statue équestre du Roi Soleil. Des mascarons et autres décors surmontant les baies de l'hôtel de Charost, il reste peu d'originaux. Par contre, nous conservons les admirables décors rocaille dus au ciseau du sculpteur François Legrand, collaborateur de Courtonne, le prédécesseur de Mazin à Matignon. Les collaborateurs du premier architecte deviennent ceux de Mazin. La comparaison entre les motifs rocaille qui servent de fond aux mascarons du 8 rue d'Anjou montrent une inspiration commune.

L'allongement des figures de la cour de la rue d'Anjou tire effectivement les visages vers les grotesques de la Renaissance italienne. Leur fantaisie défie les thématiques habituelles, saisons, éléments, parties du monde, pour animer de manière plaisante une architecture rigoureuse. On notera, comme à l'hôtel Matignon, les coiffures végétales. L'ensemble constitue une série exemplaire des programmes réalisés par les praticiens profitant des grands chantiers pour se faire promoteur d'un goût générique.

Pascal Payen-Appenzeller Expert stratigraphe du patrimoine


4 avril 2008 – Livraison du pavage cour

Pavage 1728Photo ci-dessus : le pavage est entièrement finalisé ce vendredi 4 avril (des pavés anciens en grès ont été réutilisés). A l'occasion des travaux de pavage, un puits du 15ème siècle a été découvert dans la cour. Il est en cours de restauration et sera mis en valeur avec des éclairages spécifiques. Ce puits trouve son origine dans les vergés de l'évêché de Paris qui se trouvaient localisés entre la rue de la Ville l'Evêque et la rue du Faubourg Saint-Honoré.Puits du XVeme siecle


12 février 2008 – Réfection du pavage

Pavage 1728Photo ci-dessus : les débuts de la réfection du pavage de la cour de l'hôtel Mazin. Ci-dessous : Eric Dissel, Chef de chantier, s'occupant des travaux préparatoires à la pose des trottoirs sous porche. A ce titre, et afin d'éviter à notre clientèle les inconvénients de travaux directement liés à l'accès au restaurant, le 1728 sera exceptionnellement fermé du lundi 25 au vendredi 29 février le midi uniquement (ouvert pour le dîner) à l'occasion de la réfection du pavage sous passage cocher.Pavage 1728


31 janvier 2008 – Rosace en plâtre

Rosace Charles XPhoto ci-dessus : suite et fin de la dépose des échafaudages des façades cour (bâtiments B, C et D) à la fin janvier. La rosace d'époque Charles X, entièrement refaite à l'identique, car non récupérable, a été posée et orne de nouveau la cour, côté grand escalier.


18 décembre 2007 – Dépose des échafaudages en façade Sud cour

Façade SudPhotos ci-dessus : une section conséquente des échafaudages a été déposée ce jour, laissant apparaître la façade Sud (correspondant aux salons du 1728) et la remarquable qualité de la restauration.


11 décembre 2007 – Pose du mascaron n°8 en façade Ouest

Mascaron n°8Mascaron n°8Photos ci-dessus et ci-dessous : le mascaron sculpté par Marc Deligny, en pierre, est posé en façade Ouest par COMBET SERITH. Il s'agit d'une réédition à l'identique d'un modèle en plâtre très abîmé.Mascaron n°8


11 décembre 2007 – Pose de la plaque en bronze 1728 et de la lanterne en façade rue

Plaque en bronze du 1728


23 novembre 2007 – La façade rue éclairée de nuit

Façade éclairée la nuit


20/21 novembre 2007 – Démontage de l'échafaudage en façade rue (suite...)

1728 avant travauxCi-dessus : pour comparer, la façade rue du 8 rue d'Anjou et du 1728 avant travaux. Ci-dessous : l'entrée entièrement nettoyée et remise en état, ce mercredi 21 novembre. Les lanternes et leurs potences seront très prochainement remontées.1728 façade rue

La Fayette


19 novembre 2007 – Démontage de l'échafaudage en façade rue

Ce lundi 19 novembre a vu les premiers éléments, superbement restaurés dans leur état d'origine façade rue, apparaître au fur et à mesure de la dépose de l'échafaudage.

Façade rueCi-dessus, les panneaux de bois protégeant l'ensemble sont démontés un à un. Les gardes corps, retirés au début des travaux, vont pouvoir être remontés à leur emplacement d'origine.

Démontage façadeDémontage échafaudages façade

Les échafaudages en façade cour Sud (fenêtres des salons du restaurant) seront quant à eux déposés à partir du 8 décembre.


14/15 novembre 2007 – Pose du blason en pierre du marquis de La Fayette en façade rue

Blason La Fayette

Les armoiries en pierre du marquis de La Fayette, réalisées par le sculpteur Marc Deligny, ont été posées ce mercredi 14 novembre en façade rue (fenêtre centrale en rez-de-chaussée surélevé).

Réalisée en pierre de Saint Vaast, la même pierre que celle utilisée pour la construction de l'immeuble au dix huitième siècle, la sculpture reprend à la lettre les armes historiques des La Fayette, « de gueules à la bande d’or sur fond de vair, entouré de vair » et leur devise, CUR NON ? ("pourquoi pas ?").


23 octobre 2007 – Remplacement du mascaron n°8 sur cour

Mascaron Deligny 1

Une copie exacte de l'un des mascarons sur cour a été réalisée par Marc Deligny en vue du remplacement de l'élément d'origine, extrêmement détérioré.

Mascaron Deligny 2


8/9 octobre 2007 – Pose des appuis de fenêtre en façade rue

Appuis de fenêtres en façade rue


3 octobre 2007 – Rosace Charles X au-dessus du grand escalier

Rosace en plâtre 1Ci-dessus : rosace en plâtre abîmée, d'époque Charles X, présente sur l'une des façades cour de l'immeuble. Comme pour les mascarons, cet élément fait l'objet d'une restauration complète (moulage et remplacement des parties les plus abîmées, non récupérables). Ci-dessous : moulage propre en plâtre. Le moulage va être affiné et sculpté par les compagnons afin de remplacer à l'identique les parties non récupérables.Rosace en plâtre 2 Rosace en plâtre 3Rosace en plâtre 4


24 septembre 2007 – Le chantier en vidéo (3)

Vidéo DailymotionTroisième post filmé des interventions sur le chantier du 8, rue d'Anjou. Explications de Marc Deligny sur les procédés de moulage des éléments en plâtre (filmé le 30 août).

Chantier de restauration de l'Hôtel Mazin (1726 - 1728)

envoyé par Anjou1728


17 septembre 2007 – Blason du Marquis de La Fayette

Blason La FayetteCi-dessus : Pré maquette des armes du Marquis de La Fayette réalisée en argile par Marc Deligny. Cette pré maquette servira de modèle pour la sculpture sur pierre qui sera posée en façade rue.


13 septembre 2007 – Pose des garde-corps nettoyés et restaurés pour le niveau rez-de-chaussée surélevé, façade cour

Pose des garde-corps restaurés 1Pose des garde-corps restaurés 2Ci-dessus : les garde-corps d'époque ont été numérotés un par un avant enlèvement. Ils sont reposés après avoir été réparés (éléments en fer forgé manquants ou cassés). Ils sont visibles ici avec leur peinture d'apprêt.


7 septembre / 12 septembre 2007 – Restauration des coquilles des mascarons Louis XV

Restauration des coquilles des mascarons 1Restauration des coquilles des mascarons 2Restauration des coquilles des mascarons 3Restauration des coquilles des mascarons 4Ci-dessus : restauration des coquilles abîmées au XIXème siècle. 95% des mascarons en façade cour ont subit leur retaille de greffe destinée à restituer leur aspect originel. La pierre utilisée est toujours la pierre de Saint-Vaast.


31 août 2007 – Restauration de l'entrée du 1728 et conception de la nouvelle porte d'entrée du bâtiment A sur le modèle de celle du 1728

Entrée du 1728Ci-dessus : l'entrée sous passage cocher du 1728 avec ses consoles Charles X décapées par les soins de Marc Deligny et de son équipe. L'ensemble sera patiné par Geneviève Fourniol. C'est en se basant sur ce modèle existant que la porte d'entrée principale du bâtiment A, qui lui fera face, sera réalisée. Photos ci-dessous : des moules des consoles et des guirlandes sont réalisés afin de concevoir l'entrée "jumelle".

Moules des consoles en plâtreMoules des consoles en plâtreMoules des consoles en plâtreMoules des consoles en plâtre Ci-dessous : aperçu des moulages qui seront posés sur l'entrée sous porche du bâtiment A. Le résultat sera exactement similaire à l'entrée du 1728. Moules des consoles en plâtre


29 août 2007 – Travaux de finition et pavage du porche

Patines 1728 4

Patines 1728 5

Pavage du porche 1

Pavage du porche 2


23 août 2007 – Travaux de finition et de patines au 1728 et pose des "bouchons" en pierre sur la façade cour

Patines 1728 1

Patines 1728 2

Patines 1728 3

Bouchons en pierre 2

Bouchons en pierre 3


21 août 2007 – Travaux de finition au 1728

Nettoyage des cornichesCi-dessus : Finalisation des décors de la nouvelle fenêtre de la salle d'Armes selon le plan initial de l'architecte Mazin par l'équipe de Geneviève Fourniol. L'ensemble des corniches et boiseries du restaurant sont soigneusement nettoyées.

Ci-dessous : Reprise des dorures à la feuille des toilettes femmes au rez-de-chaussée.Toilettes des femmes en rez-de-chaussée


17 août 2007 – Réalisation des "bouchons" en pierre calcaire de Saint-Vaast destinés à remplacer certaines pierres abîmées

Bouchons en pierre

Bouchons en pierre


16 août 2007 – Restauration du grand mascaron façade passage cocher et de ses consoles associées

Mascaron en façade rue restauré

Consoles en façade rue restaurées


16 août 2007 (suite) – Mascarons et tableaux

Restauration de la très belle collection de mascarons en terre cuite sous passage cocher. Programme de restauration conduit par Marc Deligny et son équipe.

Mascarons et tableaux

Mascarons et tableaux

Mascarons et tableaux


10 août 2007 – Réfection des chenaux, résultat final

Réfection des chenaux


7 août 2007 – Décapage des murs sous le passage cocher

Décapage des murs passage cocher 1


6 août 2007 – Décapage des façades niveau rez-de-chaussée surélevé

Décapage des façades en rez-de-chaussée surélevé 2


3 août 2007 – Le chantier en vidéo (2)

Vidéo DailymotionSecond post filmé des interventions sur le chantier du 8, rue d'Anjou. Explications d'Eric Dissel, Chef de chantier, sur les procédés de restauration (filmé le 27 juillet).

Chantier de restauration de l'Hôtel Mazin (1726 - 1728)

envoyé par Anjou1728


Pendant ce temps au 1728, un certain de nombre de travaux de restauration ont également lieu : rénovation et nettoyage des patines des boiseries par Geneviève Fourniol et Anne Céline, pose de nouvelles patines à la cire, réparation d'éléments décoratifs et de supports dans la Salle d'Armes, par ailleurs dégradés par un dégât des eaux.Rénovation de la Salle d’ArmesRénovation des boiseries de la bibliothèque


3 août 2007 (suite) – Future plaque en bronze du 1728 coulée par Candide, bronzier d'art et fondeur

Le logo 1728 est une création originale de Alexandre Chuet, styliste, sur une idée de Jean-François Chuet, fondateur du 1728. Le choix des chiffres a fait l'objet d'une recherche typographique dans les archives du début du XVIIIème siècle. Classicisme et modernité sont à l'image du parcours souhaité puis tracé pour le 1728.Plaque 1728 - 01Cette plaque, coulée par Candide Ribeiro-Reis, sera apposée sur le pilastre d'entrée du passage cocher du 8 rue d'Anjou. La symbolique positive du 8 est omniprésente comme l'a souhaité Yang Lining, directeur général et âme des lieux.Plaque 1728 - 02

Cliquez ici pour accéder au site internet de Candide.


3 août 2007 (suite) – Vues d'ensemble du chantier

Travaux d’étanchéité des chenauxTravaux d’étanchéité des chenauxPiochage de la façade

Ci-dessus et ci-dessous : piochage des façades abîmées et remplacement des poutres attaquées par les vrillettes.

Remplacement des poutres attaquées par les vrillettes


2 août 2007 – Travail sur la façade rue

Guy Hernioux et Marc DelignyCi-dessus : Guy Hernioux, au premier plan, et Marc Deligny.


1er août 2007 – Pierre de Saint-Vaast

Blocs de pierre de la carrière de Saint-VaastCi-dessus : blocs de pierre de Saint-Vaast, en provenance directe de la carrière de Saint-Vaast, dans l'Oise. La pierre identique a servi à la construction de l'Hôtel Mazin. Ces blocs permettront de remplacer les pierres les plus abîmées.


Travail sur la façade rue

Mascaron rocaille en cours de restaurationCi-dessous et ci-dessus : restauration en cours du mascaron principal et des éléments décoratifs d'époque marquant l'entrée de la porte cochère, réalisés en 1728 par les sculpteurs d'Antoine Mazin.Eléments sculptés en cours de restaurationCoquille en plâtre 1900Ci-dessus : la coquille en plâtre posée en 1900 et dénaturant les éléments sculpturaux de l'immeuble va être remplacée par un mascarons en pierre réalisé par Marc Deligny reconstituant les armoiries du marquis de la Fayette.


31 juillet 2007 – Le chantier en vidéo (1)

Vidéo DailymotionPremier post filmé des interventions sur le chantier du 8, rue d'Anjou. Explications de Marc Deligny sur les procédés de restauration (filmé le 20 juillet).

Chantier de restauration de l'Hôtel Mazin (1726 - 1728)

envoyé par Anjou1728


Évolution du ravalement

Les trois appuis de fenêtres en façade rue vont être prochainement installés. Les fenêtres vont être refaites côté rue étage noble dans leur esprit originel du XVIIIème siècle. Il s'agit d'une reconstruction à l'identique des plan d'Antoine Mazin de 1726. Les appuis de fenêtres côté cour vont servir de modèle.

Les appuis de fenêtre côté cour

Ci-dessus : modèles originaux des futurs appuis de fenêtre sur rue. Ci-dessous : état actuel des fenêtres étage noble côté rue.

Etat actuel des fenêtres étage noble côté rue

Ci-dessous : les futurs appuis de fenêtre côté rue, en provenance directe des carrières.

Blocs de pierre en provenance des carrièresFaçade rue, sur le plan de 1726

Ci-dessus : plan de 1726 montrant la façade rue.


Dalle sous porche, avant pose des pavés

Les travaux sous porche continuent avec la pose ce jour d'une dalle. Cette dernière aura plusieurs fonctions : protection des canalisations gaz et électricité ; étanchéité ; résistance au passage des véhicules sous le porche ; enfin, préparation à la pose des pavés à l'ancienne.


27 juillet 2007 – État des mascarons après nettoyage, décapage des façades

Les mascarons Louis XV sont maintenant presque tous nettoyés sur la façade cour.

Dessalage des mascarons

Ci-dessus : dessalage en vue de parer à la corrosion. Ci-dessous : résultat final.

Restauration des mascarons Louis XV - 11Restauration des mascarons Louis XV - 10

A ce travail des compagnons, succède maintenant le décapage des façades avec la restauration des pierres apparentes dans leur état d'origine.

Restauration des façades en pierre

Ci-dessous : les balcons en fer forgé, impeccables, ont été passés au sable fin afin de les nettoyer.Balcons en fer forgé XVIIIème


26 juillet 2007 – Restauration du cartouche en plâtre XIXème siècle

Restauration du cartouche en plâtre 19ème siècle. Crédit photo Marc Deligny


25 juillet 2007 – Démontage des cunettes d'origine dans la cour

Démontage des cunettes d’origine


25 juillet 2007 – Restauration des mascarons Louis XV

L'Hôtel Mazin, construit en 1728, est riche d'un ensemble remarquable de 19 mascarons rocaille sur cour et sur rue. La restauration de ces éléments décoratifs implique une attention particulière, compte tenu de la dégradation importante de certains d'entre eux (fissures dues aux intempéries) et de l’existence de près de 15 couches de peinture qui les recouvrent depuis le XIXème siècle. Un travail de grattage préalable, suivi par un dessalage, puis un décapage final va permettre de redécouvrir la finesse et la subtilité des gravures.

Restauration des mascarons Louis XV - 1

Restauration des mascarons Louis XV - 2

Ci-dessus et ci-dessous : état des mascarons avant restauration. Près de 15 couches de peinture recouvrent les sculptures, dont la finesse apparaîtra au fur et à mesure de leur décapage.

Restauration des mascarons Louis XV - 3

Restauration des mascarons Louis XV - 4

Restauration des mascarons Louis XV - 5

Restauration des mascarons Louis XV - 6Restauration des mascarons Louis XV - 7

Marc Deligny (ci-dessus) et Guy Hernioux.

Restauration des mascarons Louis XV - 8


24 juillet 2007 – Projet de bâche décorative ayant vocation à recouvrir les échafaudages en façade rue, réalisé par Jean-Michel Dauphin, Maître d'œuvre SARL TASSIN ESPACE ENTREPRISE et Maître d'œuvre Syndicat des Copropriétaires du 8 AnjouProjet de bâche réalisé par Jean-Michel Dauphin, Maître d’œuvre SARL TASSIN ESPACE ENTREPRISE, Maître d’œuvre Syndicat des Copropriétaires du 8 Anjou

Hôtel Mazin édifié de 1726 à 1728 par l'écuyer ingénieur du Roi Louis XV, garde des plans des Maisons royales et des Fortifications de France.

Restauration de la cour d'honneur et des façades.

Hôtel de l’Histoire par ses habitants et ses visiteurs, l’œuvre d’Antoine Mazin reste la dernière demeure parisienne de Gilbert Motier, Général Marquis de La Fayette. Le monde des lettres, des arts, des sciences, de la politique, de la finance et de la presse défile depuis bientôt trois siècles au 8, rue d’Anjou ! Les salons du 1728 perpétuent cette tradition d’hospitalité et de rendez-vous.

Été/Automne 2007 Visitez le blog des travaux : www.restaurant-1728.com/blog Le Restaurant 1728, le salon de thé et la galerie d'art sont ouverts au public pendant les travaux. Réservations : 01 40 17 04 77 Email : contact@restaurant-1728.com Visitez le site : www.restaurant-1728.com

Ouverture du lundi au vendredi de midi à minuit. Le samedi de 14h30 à minuit, fermeture le dimanche.


20 juillet 2007 – Des quatre maisons édifiées en 1726/1727 rue d'Anjou par l'ingénieur militaire du roi, Antoine Mazin, excellent architecte auteur de l'Hôtel de Charost, actuelle résidence de l'Ambassadeur de Grande Bretagne à Paris et co-auteur de l'Hôtel de Matignon, seul subsiste l'actuel 8 rue d'Anjou, intégralement conservé, avec sa basse-cour, et augmenté d'un demi-corps de bâtiment en fond de cour élevé au XIXème siècle.

Plan de l’Hôtel Mazin (1726)

L'ingénieur Mazin a révolutionné la fonctionnalité des casernes royales en les établissant complètement en rez-de-chaussée pour éviter le surcoût des escaliers et la complexité des circulations internes des casernes Vauban. Il en est de même rue d'Anjou où l'aile noble, occupée par le 1728, possède un sous-sol, destiné à l'établissement de services, qui double exactement la suite du grand appartement du rez-de-chaussée.

Plan du rez-de-chaussée (1726)

Miraculeusement préservé par le baron Haussmann lors des travaux d'élargissement de la rue d'Anjou, l'hôtel devient tardivement en 1931 une copropriété, respectant ainsi, au fil du temps, les apports architecturaux successifs de Louis XV à Louis-Philippe. L'actuel 1728 correspond aux salons de réception de l'hôtel Mazin, qui fut ensuite l'hôtel Marquet de Bourgade, célèbre financier du XVIIIème siècle. L'ensemble du gros œuvre a été remis en état à l'occasion de l'ouverture du 1728, en 2002.

L’un des salons en rez-de-chaussée avec ses boiseries originales, photo tirée du livre de Georges Hartmann (1921)

La restauration intérieure, engagée en juin 2001 et achevée fin 2005, traduit l'esprit et les décors originaux du lieu réinterprétés d'après les planches originales de Contet.

Les salons du 1728

La salle d'armes, d'époque, est dans le goût vénitien, très prisé au XVIIIème siècle. Le salon de musique, redécoré sous Louis XVI est dans son « jus » originel. Les boiseries d'époque du salon La Fayette sont à Washington, le parquet à la française ainsi que les frises conçues par Mazin comme une allégorie aux vertus de la fraternité sont authentiques.

Détail de l’un des plafonds

Le salon Pompadour est restauré dans le goût « au Chinois » affectionné par l'illustre marquise qui tenait salon chez les Marquet de Bourgade durant les travaux pharaoniques de transformation de son hôtel d'Evreux, aujourd'hui Palais de l'Elysée.

La présence de La Fayette est marquante, et signalée par la plaque apposée côté rue sur le mur extérieur du 1728, mais l'ensemble des personnalités qui ont habité 8, rue d'Anjou, est représentatif de la société française des XVIIIème, XIXème et XXème siècles au point d'avoir suscité l'intérêt de l'un des meilleurs spécialistes attaché à la Commission du Vieux Paris et à la Société historique et archéologique des 8ème et 17ème arrondissements, Georges Hartmann, qui signe dans ce cadre une excellente étude chez Edouard Champion en 1921.

Rappelons que La Fayette habita de 1827 à sa mort ici même le 20 mai 1834 l'appartement, plus modeste, du premier étage de l'aile noble. Le Tout Monde venait visiter le héros et la monarchie constitutionnelle du roi citoyen Louis-Philippe y a sa source. Sous le Second Empire, le grand chirurgien François Magendie, inventeur de la physiologie expérimentale, dont Claude Bernard est le continuateur, résida dans l'appartement situé au premier de l'aile droite sur rue.

Lors de la publication du document résumant les recherches de Georges Hartmann, les Sénateur des Deux-Sèvres, Maître Goirant, résidait à l'emplacement du 1728, où bientôt s'installera la plus belle galerie de tapisserie de Paris, créée par le fils du grand auteur et critique dramatique Edmond Sée, qui habita également 8 rue d'Anjou.

Pascal Payen-Appenzeller, historien de l'architecture et de l'urbanisme, co-auteur du Dictionnaire Historique des rues de Paris

Mercredi 6 juin 2007

Réception du Président de la République

Mardi 5 juin le Président Nicolas Sarkozy a reçu Son Excellence Stephen Harper, Premier Ministre du Canada, pour un déjeuner officiel dans les salons du 1728.

Pour la réception du Président de la République et de Son Excellence Stephen Harper, Premier Ministre du Canada, Géraldine Rumeau, Chef des Cuisines du 1728, a servi aux délégations franco-canadiennes :

TransatlantiqueCarpaccio de Saint-Jacques marinées au balsamique blanc, croustillant de fenouil juste citronné et sa petite crème au wasabi, poivre maniguette, pomme granny comme une crêpe.

Hymne à ConfuciusSur un air de vapeur, duo de filets de bar juste raidis, petite sauce soja résolument classique, habits d'apparats du potager.

Carrément Chocolat de la Maison Pierre Herméaccompagné d'un décor de fruits rouges Biscuit “moelleux chocolat”, crème onctueuse au chocolat, mousse au chocolat, fines feuilles de chocolat craquant. Jean-François Chuet, fondateur, a sélectionné parmi les 200 références de la cave : - Chablis 1er cru La Forest 2004 Dauvissat. - Vosne-Romanée Hautes Maizières 2000, Henri Frédéric Roch. - Champagne demi-sec Jacques Selosse cuvée Exquise.

Mardi 15 mai 2007

Li Xianting au 1728

Li Xianting, le grand Maître de cithare classique chinoise Qin, Professeur au Conservatoire Central de Musique de Chine, qui s'est produit à Paris lors du Festival du Patrimoine Immatériel de la Chine du 16 au 20 avril, a officiellement remis à Yang Lining, directrice du 1728, une Letter of Appointment de la China Nationalities Orchestra Society lui conférant le statut de membre, et donc de Maître de l'art du Gu Qin.

Li Xianting et Yang Lining, directrice du 1728

Yang Lining appartient au cercle très fermé des Maîtres de cet art vivant et ininterrompu, symbolisant la culture chinoise millénaire dont les racines remontent à 3000 ans.

Samedi 28 avril 2007

Bienvenue à Colbert

La fin du mois d'avril a vu le retour du portrait de Jean-Baptiste Colbert dans les murs du 1728. Ce dernier, entièrement restauré, est actuellement exposé et présenté à la vente salon La Fayette.

L'atelier Amadeo Montanari a réalisé un exceptionnel encadrement dans l'esprit XVIIème siècle.

Portrait de Colbert - Ecole Française seconde moitié du XVIIème siècle

Portrait de Jean Baptiste COLBERT - Probablement exécuté d'après la gravure au burin de Nicolas de LARMESSIN (1632-1694).

Mercredi 21 mars 2007

21 mars 2007 : Vive le Printemps !

Vive le Printemps pour Géraldine Rumeau, Chef des cuisines, avec la nouvelle carte du 1728. La fraîcheur, le craquant, les herbes fraîches, les petits légumes nouveaux, les produits nobles de la carte du 1728 pour un concerto alerte et bien réglé, de justes cuissons, une touche d'Asie et d'ailleurs ! Chaque semaine, le Parcours découverte avec de la jeunesse, de l'audace et du goût. La carte des vins accueille le superbe millésime 2005 en Loire, Bourgogne, Côtes du Rhône et Côtes du Roussillon avec près de 180 références. Bonheur dans le verre !

Vive le Printemps pour Yang Lining, l'âme du 1728, et son nouveau concerto pour cithare classique Qin et orchestre. Une création mondiale pour cette esthète des belles notes, passionnée des musiques d'Asie et d'Occident. Une première en France : la découverte du grand son stéréophonique avec la haute technologie LPCD45 de la maison de disques Hugo Productions à Hong-Kong.

Three Variations on Plum Blossom

Aik Yew-Goh, son fondateur, signe les très belles photos du Printemps de l'album de référence de Yang Lining. Retrouvez le parcours de Yang Lining, sa discographie, sa musique, le 1728 et ses projets sur www.yanglining.com

Samedi 10 mars 2007

On en parle

Retrouvez les critiques gastronomiques 2007 parues récemment sur le 1728 dans les guides incontournables : Michelin, GaultMillaut, Pudlowski, Lebey, Champerard...

Jeudi 25 janvier 2007

On en parle

L'issue du Nouvel Observateur du jeudi 25 janvier 2007 a vu dans son supplément Paris Obs la publication d'un bel article sous la plume talentueuse de Philippe Couderc. Rubrique "La bonne vie" !

Vendredi 12 janvier 2007

Un nouveau tableau majeur pour la Galerie 1728

Depuis le mois de janvier une nouvelle pièce de collection est venue enrichir les murs du 1728 avec l'arrivée du portrait présumé des quatre filles du marquis de Nesles (début 18ème), maîtresses de Louis XV, représentées sous forme de la célèbre "Toilette de Vénus" par Albani. Cette toile est actuellement exposée dans le salon Pompadour et présentée à la vente.

La Toilette de Vénus, huile sur toile début XVIIIème

Dimensions : 123 x 142 cm.